Home / Logtoré / SYMEB: «Il ne faudrait plus jamais que nos hôpitaux soient considérés comme des mouroirs», dixit Dr Alfred Ouédraogo

SYMEB: «Il ne faudrait plus jamais que nos hôpitaux soient considérés comme des mouroirs», dixit Dr Alfred Ouédraogo

Du 6 au 7 novembre 2015, le Syndicat des médecins du Burkina (SYMEB) s’est réuni autour d’un colloque pour débattre de leur contribution pour un système de santé efficient post-transition. La cérémonie de clôture, qui a eu lieu le samedi 7 novembre, a été sanctionnée par une assemblée générale marquée par la mise en place d’un nouveau bureau.

Le nouveau SG du SYMEB, le Dr Affred Ouédraogo
Le nouveau SG du SYMEB, le Dr Affred Ouédraogo

Le Syndicat des médecins du Burkina a, du 6 au 7 novembre, tenu un colloque sur le thème «Quelle contribution du SYNEB pour un système de santé efficient post-transition?». Au terme des deux jours de travaux, le nouveau secrétaire général du SYNEB, le Dr Alfred Ouédraogo, a confié que quatre points majeurs ont été arrêtés.
Premièrement, il s’agit des questions liées à la mortalité maternelle et infantile. A ce sujet, le Dr Ouédraogo a indiqué que des recommandations ont fait à l’endroit des gouvernants, des partis politiques et des candidats à la course présidentielle pour éradiquer ce phénomène.
Ensuite, explique-t-il, le SYNEB a touché du doigt la question de l’assurance maladie où il est ressorti que deux problèmes majeurs subsistent. «Il s’agit non seulement de la question du financement de façon pérenne, mais aussi la question des ressources humaines qu’il faut résoudre pour viabiliser l’assurance maladie», a souligné le nouveau SG qui pense que, dans le cas contraire, elle resterait lettre morte comme dans beaucoup de pays africains qui ont voté la loi depuis plusieurs années sans que cette assurance ne puisse bénéficier aux populations.
La question du matériel biomédical et des équipements médicaux technique s’est également invitée aux échanges. «Nous avons convenu qu’il faut renforcer l’encrage institutionnel de la société de gestion de l’équipement et de la maintenance biomédicale en érigeant une société à caractère stratégique de la même manière que les médicaments pour que ces deux entités puissent pousser le secteur de la santé à réussir sa mission qui est de prendre en charge la santé des populations», a révélé Alfred Ouédraogo. Mais pour mouler tout ça dans un cadre juridique, le SYMEB a estimé qu’il faut reformer l’hôpital dans le cadre d’une Fonction publique hospitalière, qui va prendre en compte l’ensemble des travailleurs dans l’hôpital et qui va être viable au profit des Burkinabè.

Des médecins échangent à la fin du colloque
Des médecins échangent à la fin du colloque

Enfin, ce colloque a été l’occasion pour le syndicat des médecins de se réunir en assemblée générale pour renouveler son bureau dont le mandat est de trois ans. Pour le nouveau SG, le Dr Ouédraogo, le bureau aura pour mission de faire en sorte que le syndicat puisse s’ancrer solidement. «Nous allons relever les défis de la structuration et faire en sorte que ce syndicat porte un certain nombre d’éléments», a-t-il rassuré.
A l’en croire, le syndicat va, dans un premier temps, faire un plaidoyer pour une Fonction publique hospitalière. «Nous allons nous battre pour cela parce que nous sommes convaincus que cette fonction publique hospitalière va donner un souffle nouveau à l’hôpital au profit du malade.». Il poursuit en révélant que «nous sommes écœurés quand on entend dire que nos hôpitaux sont des mouroirs. Il ne faudrait plus jamais que les hôpitaux soient considérés comme tel».

Voici la composition du nouveau bureau du SYMEB
SG: Dr Alfred Ouédraogo
SG adjoint: Dr Lassina Séré
SG aux affaires juridiques: Dr Mouna Ouédraogo
SG aux finances: Dr Aïcha Sana
SG adjoint aux finances: Dr Solange Kontogom
SG à l’information et à la communication: Dr Aristide Yaméogo
SG à l’organisation: Dr Wilfried Traoré
SG aux relations extérieures: Dr Issa Siribié
SG à la formation: Dr Idriss Traoré
1er Commissaire aux comptes : Dr Sayouba Tinto
2ème Commissaire aux comptes : Dr Arouna Traoré

Madina Belemviré

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Maladies tropicales négligées: et pourtant elles aveuglent, mutilent, défigurent…

Du 19 au 22 avril à Genève, des responsables gouvernementaux, des dirigeants d’entreprises pharmaceutiques et …

Un commentaire

  1. Trop de fautes. SYMED, SYNEB, SUMEB. Finalement on ne sais pas de quoi vous parlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *