Home / Société / Conditions de vie des travailleurs: l’UAS se montre plus exigeante

Conditions de vie des travailleurs: l’UAS se montre plus exigeante

L’Union d’action syndicale (UAS) a animé un point de presse ce jeudi 6 août 2015 à Ouagadougou. L’objectif de ce rendez-vous avec la presse était de faire le point de l’audience que lui a accordée le Chef du gouvernement sur sa plate-forme revendicative mais surtout du report de la rencontre annuelle Gouvernement-Syndicats.

La direction de l’Union d’action syndicale exige du gouvernement de la Transition la satisfaction de la plate-forme revendicative réactualisée du 1er mai 2015.
La direction de l’Union d’action syndicale exige du gouvernement de la Transition la satisfaction de la plate-forme revendicative réactualisée du 1er mai 2015.

Pour animer cette conférence de presse, il y avait Yamba Georges Koanda, Secrétaire général de l’USTB, Bassolma Bazié de la CGT-B, Olivier Ouédraogo, Blaise Hien et Paul Kaboré. En sa qualité de président du mois des centrales syndicales, c’est Yamba George Koanda qui livrera le contenu de la déclaration liminaire.
Rendant compte de l’audience accordée par le Premier ministre Yacouba Isaac Zida, il explique qu’elle a porté sur l’examen de la plateforme minimale remise aux autorités le 1er mai 2015. Ainsi, la délégation des centrales syndicales dit avoir interpellé le Chef du gouvernement sur le fait qu’à deux mois de la fin de la Transition, les préoccupations des travailleurs sont restées en l’état. Selon lui, mises à part les deux faibles baisses des prix des hydrocarbures (50 f CFA au total), toutes les autres préoccupations relatives n’ont pas connu de traitement. Il en veut pour preuve la question de la relecture des lois 013 portant régime juridique applicable aux emplois et aux agents de la Fonction publique, 027 portant collectivités territoriales et 028 portant Code du travail au Burkina Faso, les atteintes à la liberté syndicale, l’application des décisions de justice, la mise en œuvre des engagements. «Nous avons rappelé que, pour nous, la Transition n’a pas pour unique mission d’organiser les élections. En effet, elle doit traiter les préoccupations des populations en général et des travailleurs en particulier» a-t-il appuyé.
Saisissant l’occasion de cette audience, les syndicats disent avoir rappelé au Premier ministre les attaques dont le mouvement syndical a fait l’objet de sa part, quand il a traité les luttes des travailleurs de sauvages. Selon Yamba Georges Koanda, le Premier ministre a reconnu que le gouvernement, lui aussi, a fait l’amer constat que ses actions n’ont pas été à la hauteur des attentes des travailleurs. Cependant, il rassure qu’un certain nombre de dossiers dont la loi 013 ont été examinés par le gouvernement et que très prochainement les syndicats seront situés.

 Les échanges entre la direction de l’UAS et les journalistes ont duré une demi-heure.
Les échanges entre la direction de l’UAS et les journalistes ont duré une demi-heure.

Les négociations de la dernière chance
Concernant la tenue de la rencontre Gouvernement/Syndicats, il a indiqué que sa non-tenue le 26 juin 2015 comme programmée est liée à des problèmes de calendrier et à la crise que le pays a connue. Il a livré la nouvelle programmation comme suit:
Le 10 août 2015, transmission des réponses du gouvernement à l’UAS;
Le 17 août 2015 au plus tard, l’UAS doit retourner ses réactions sur les réponses au Gouvernement;
Le 21 août 2015, rencontre des différents Secrétaires généraux des ministères pour traitement des réactions de l’UAS;
Le 26 août 2015, rencontre des différents ministres sur les nouvelles propositions;
Le 1er septembre 2015, début de la rencontre Gouvernement/Syndicats qui prendra fin au plus tard le 10 septembre 2015.
Pour finir, et face au mépris dont ils sont l’objet, la direction des centrales syndicales dit donner une dernière chance aux négociations afin que la paix sociale ne soit pas mise à mal. Par ailleurs, insistant sur le fait que cette rencontre est à sa troisième programmation, l’UAS tient à ce que cette troisième rencontre programmée (après celles manquées de février et de juin), prévue à l’entrée des élections, ne soit pas une fois de plus reportée, car ajoute-il, «les travailleurs ont été assez patients dans cette situation».
L’UAS fonde l’espoir que les réponses qu’elle attend du gouvernement et surtout la rencontre Gouvernement/Syndicats annoncée pour le 1er septembre permettront des avancées significatives sur les nombreuses attentes des travailleurs. «Dans le cas contraire, que personne ne dise que les syndicats cherchent à empêcher ou à perturber la tenue des élections» conclut-il.
W. DAVY

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Quelles valeurs les Burkinabè donnent-ils au travail aujourd’hui?

A la veille du 1er mai, fête du travail, fête des travailleurs et dans un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *