Home / Politique / Situation nationale: «Au Burkina, la politique de jeter le bébé avec l’eau du bain doit cesser», dixit Eddie Komboïgo, nouveau président du CDP

Situation nationale: «Au Burkina, la politique de jeter le bébé avec l’eau du bain doit cesser», dixit Eddie Komboïgo, nouveau président du CDP

Le nouveau bureau exécutif national (BEN) du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l’ex-parti au pouvoir, a convié mardi 19 mai 2015 à Ouagadougou, les hommes de média à un déjeuner de presse pour entamer avec eux une nouvelle ère de collaboration dynamique et professionnelle.

Pour Eddie Komboïgo, au Burkina, la politique de jeter le bébé et l'eau du bain doit cesser
Pour Eddie Komboïgo, au Burkina, la politique de jeter le bébé et l’eau du bain doit cesser

Cette rencontre intervient une semaine après la mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante du parti de Blaise Compaoré, qui vient de perdre un soutien de taille, suite à la décision du Conseil des ministres portant dissolution de la FEDAP-BC pour mener des activités politiques et non associatives. Lors de ce déjeuner de presse avec les journalistes, le président du CDP, Eddie Komboïgo, a indiqué qu’au Burkina, «la politique de jeter le bébé et l’eau du bain doit cesser, si nous voulons donner un sens réaliste et objectif de notre histoire», faisant allusions à la nouvelle disposition électorale excluant les personnes ayant soutenu le projet de modification de l’article 37 ayant plongé le pays dans une crise en fin octobre dernier.
De l’avis de M. Komboïgo, si les associations réunies sous les sigles d’OSC (Organisation de la société civile, ndlr) n’ont que des activités associatives et non politiques, il comprend très mal que ces mêmes associations se retrouvent membres actifs dans les organes politiques de cette Transition, notamment le CNT et le gouvernement.

Les participants au déjeuner de presse
Les participants au déjeuner de presse

Pour lui, le bilan des 27 ans de gestion du régime précédent n’a pas été qu’un échec. Il suffit, selon M. Komboïgo, de voir la progression qu’a connue le Burkina Faso en matière de liberté de presse. «Aujourd’hui, le Burkina est classé parmi les premiers Etats qui respectent les libertés de presse devant de grandes puissances», a-t-il estimé. Et d’ajouter pour étayer son argumentaire que dans les années 80, le budget de l’Etat n’excédait pas cent milliards de FCFA, alors qu’aujourd’hui il avoisine les 2 000 milliards. De ce fait, le président du CDP réitère son appel aux autorités de la Transition à libérer tous leurs camarades détenus.
En outre, M. Komboïgo s’est exprimé sur une question d’actualité, à savoir la décision du Conseil supérieur de la communication de suspendre pour une durée de trois mois les émissions interactives sur les radios et télévisions nationales. Tout en laissant entendre qu’il comprenait la préoccupation de l’institution de régulation des médias de préserver la paix, l’unité et la cohésion sociale, il a estimé que cette décision ne favorise pas la recherche de l’excellence. De ce fait, il invite le CSC à rechercher en toute urgence les compromis nécessaires avec tous les acteurs de la profession afin de conforter le respect de la liberté de la presse dans notre pays et encourager la méritocratie que le nivellement de la médiocrité.
Pour terminer, le secrétariat exécutif national du parti a indiqué que leur projet entamé avec le président déchu, Blaise Compaoré, de «Bâtir ensemble un Burkina émergent» a été interrompu avec les évènements des 30 et 31 octobre 2014. «Nous avons bien compris et tiré les leçons en faisant preuve d’intelligence pour oser un nouveau contrat de développement économique, social et culturel pour la reconquête du pouvoir d’Etat», a-t-il révélé.
Madina Belemviré

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

L’intégralité du discours de Zéphirin Diabré

Discours CFOP du 29 avril 2017 00

4 comments

  1. Si vous dites la vérité pourquoi les crimes comme celle Thomas SANKARA, Norbert ZONGO, Boukary DABO et d’autres sont restés sans jugement pendant 27 ans. Pourquoi l’éducation recule a grand pas (aller voir l’université de Ouagadougou) alors que vous savez que l’éducation est le pommons d’un pays.
    Vous parlez du budget de l’État qui en-voisine les 2000 milliard, il ne suffit pas de donner les chiffres seulement. comparer aussi le PIB par habitant dans les années 80 et celle d’aujourd’hui,
    comparer les résultats de 4 ans de pouvoir de Thomas (puisque c’est a lui que vous voulez faire allusion en parlant des années 80 je suppose) et celle de 27 ans de pouvoir de Blaise. vous voulez nous faire croire que vous ne vous sentez pas responsable des morts des 30 et 31 octobre, grosso modo de la crise, mais nous vous dissions ceci. vous êtes responsable. Si vous pensiez que la modification de l’article 37 ou la mise en place du sénat était dans l’intérêt générale des Burkinabé, alors le président à l’époque n’avait qu’a déclarer qu’il n’allais pas se représente puisque c’est ce que tous les burkinabé voulais entendre. Ie CDP ou Blaise pouvait formulé les modifications au future président au lieu de vouloir passé en force tout en sachant combien il était impopulaire.

  2. ne l’en voulez pas car il ne connait pas l’histoire de ce pays et il pense qu’avec sa petite expérience, il peut faire changer les choses. le temps lui fera comprendre qu’il est encore dans les nuages. la maturité de ce peuple ne permet pas à n’importe qui de faire n’importe quoi.la première alerte est l’humilité aussi bien dans les propos que dans les gestes. il ne set à rien d’aller s’accroupir devant le moro et dehors d’oublier qui on est. le temps le rattrapera. je lui parle par expérience mais lui se pense suffisamment intelligent et pourtant, si l’on fouille, il y a bien de question à se poser.

  3. BOIN-ZEM OUINDE OUEDRAOGO

    Je l’ai déjà dit et repeater que Eddie Comboigo est une erreur de l’histoire du CDP au Burkina Faso. Trop cartesien qu’il est, ile ne pourra pas gérer cette bourasque titanesque qu’est le CDP. Il n’a ni le courage et le don naturel pour le faire. Son passé politique et ses ‘experiences professionnelles ne confortent pas de voir Eddie réussir cette mission de conduire le CDP à un repositionnement. SVP et suivez mon regard: la guerre de positionnement sur les listes electorales va conduire inéluctablement cet echec de Eddie et la dislocation du CDP à la veille des elections. Tenez-le pour dit;

  4. Avec ton grand frère membre du CSC, si tu parles mal, il va te trouver à la maison et tu vas voir surtout que papa n’est plus pour te protéger.
    Eddie Kombïgo, prince dans le Passoré, peut-il accepter de prendre un bébé bâtard dans son foyer? Peut-il admettre que celui qui a violé des règles ancestrales reste toujours membre de son clan?Je pense qu’il répondra parce que cela n’est pas admis chez les Nabissis. Alors accepte qu’on extirpe de notre vie tous ceux qui ont bafoué les règles établies par la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *