Home / Politique / Scrutins du 29 novembre 2015: le président de la CENI a été le premier à donner l’exemple

Scrutins du 29 novembre 2015: le président de la CENI a été le premier à donner l’exemple

Ce dimanche 29 novembre 2015 est un jour mémorable pour les Burkinabè qui doivent se choisir le président qui va les diriger et les députés qui représenteront le peuple à l’hémicycle durant cinq ans. Dans ce cadre, le président de la Commission électorale nationale indépendant (CENI), Me Barthélemy Kéré, a voté à 6h, dans le bureau de vote N°4 du Collège Saint Viateur à Dassasgho.

Me Kéré a voté très tôt ce matin dès l'ouverture des bureaux de vote
Me Kéré a voté très tôt ce matin dès l’ouverture des bureaux de vote

«Je viens de voter et je suis très content de l’avoir fait», s’est réjoui le président de la CENI, Me Barthélemy Kéré, à la sortie du bureau. Mais, en tant que premier responsable de la commission électorale, il dit être «soucieux que tout se passe très bien». «Dans le bureau où j’ai voté, j’ai contacté que tout va bien, le personnel est présent, le matériel disponible, mais je dois vérifier que tout se passe de la même manière partout».
Me Kéré a également assuré que des mesures sont prises pour pallier un manque éventuel de matériels dans les bureaux de vote. Ainsi, il dit que «Chaque commissaire de la CENI est actuellement en tournée. La plupart dispose d’une équipe de sécurité et dans chacun des démembrements, il y a un stock de sécurité. Donc, en cas de manque de matériel, il suffit de donner l’information et les mesures de corrections et d’ajustements seront faites».
A l’endroit des populations, c’est un message de paix qui a été lancé par le président de la commission électorale pour que cette journée de vote se passe bien. Il a ainsi demandé que les candidats «poursuivent ce processus selon l’esprit qu’ils ont eu pendant la campagne, c’est-à-dire dans le calme, l’acceptation de tous et la tolérance». Aux électeurs, il leur demande d’être «patients», en ce sens que «les choses vont rentrer dans l’ordre, si éventuellement il y a des difficultés à quelque part, de manière à ce que chacun puisse exercer son droit, tranquillement au cours de la jour».
Lydie Poda, stagiaire

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

L’intégralité du discours de Zéphirin Diabré

Discours CFOP du 29 avril 2017 00

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *