Home / Gouvernance - Développement / Morosité des affaires: et si l’on faisait de la diaspora une classe spéciale d’investisseurs?

Morosité des affaires: et si l’on faisait de la diaspora une classe spéciale d’investisseurs?

Le Burkina Faso revient de très loin. Son peuple courageux n’a pas pleinement bénéficié des bienfaits de la démocratie parce que, depuis 1991, certains de ses dirigeants avaient instauré un système vampire qui a enfanté d’un pays bicéphale: celui des très nantis et celui des très démunis. Une situation qui a fait fuir des cerveaux et des jeunes aux grandes potentialités vers d’autres pays prometteurs et stables.

La révolte populaire d’octobre 2014 a pu chasser les prédateurs de l’économie burkinabè et rétablir les institutions de la République. Mais la morosité des affaires au niveau international (baisse des prix de certaines matières premières) associée au manque de confiance de certains partenaires crée une situation économique difficile. Sur cette toile de fond, le Burkina Faso devrait développer davantage d’initiatives allant dans le sens de reconnaître l’importance du rôle de ses citoyens résidant à l’étranger encore appelés la diaspora dans son développement national.

Dans le contexte actuel, il y a lieu, en effet, de constater que la diaspora en tant que partenaire peut apporter une importante contribution à la croissance de l’économie nationale à travers son concours financier et son savoir.

Burkinabè aux USA
Burkinabè aux USA

En se laissant bercer par le vent de la démocratie voulu par le Sommet de la Baule dans les années 1990, le Burkina Faso s’est donné pour objectif de bâtir une nation forte et prospère. Créant à cet effet des institutions qui ont permis d’accéder, dès le début, au club des pays démocratiques. Cela a permis de libérer des génies, de former des professionnels et d’experts de haut niveau. Ce parterre d’intellectuels devrait aider à booster le développement du Pays des Hommes intègres. Mais les différentes institutions ont été affaiblies par la mauvaise gouvernance politique et économique appliquée par le régime Compaoré.

Burkinabè d'Allemagne
Burkinabè d’Allemagne

Ainsi, la médiocrité de l’environnement politique, économique et social a exacerbé l’exode des cerveaux (et même de beaucoup de jeunes burkinabè de niveau moyen) lequel, à son tour, a aggravé les lacunes institutionnelles et provoqué la faillite de l’État.

Puis par un sursaut patriotique, survint l’insurrection populaire de 2014 qui eut pour effet la fuite de capitaux organisée par les anciens caciques au pouvoir et leurs acolytes, et la crainte des investisseurs étrangers qui attendent de s’assurer de la sécurité de l’environnement économique avant de risquer quoi que ce soit.

Pourtant, la construction de l’État dans un environnement post-crise exige que des mesures urgentes soient prises dans le processus de reconstruction, de réhabilitation et de croissance économique de la nation. De plus, il est généralement admis que les États africains fragiles devront déployer de très gros efforts pour améliorer leurs indicateurs de croissance économique et de progrès social, s’ils veulent être en mesure de contribuer à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable. Et comme la fuite des cerveaux entraîne une forte déperdition en termes de capacité humaine et institutionnelle, de nombreux efforts doivent être entrepris par nos autorités pour amener la diaspora à appuyer le processus de construction nationale. Ces efforts peuvent partir des relations sociales et du patriotisme des membres de la diaspora pour ensuite tenter de mettre en place des mesures incitatives susceptibles de l’encourager à participer résolument au renforcement des capacités nationales et institutionnelles.

Des burkinabè vivant en Italie
Des burkinabè vivant en Italie

Le Burkina Faso doit donner à la diaspora ses lettres de noblesse

Les Burkinabè de l’extérieur sont un levier incontournable du développement de notre pays. Leur poids économique est considérable et leur contribution dans l’économie nationale est remarquable également. Le développement du pays ne peut se faire sans l’implication des populations burkinabè elles-mêmes. En effet, la contribution de tous les segments de la population dans leur diversité culturelle, sociale et économique s’avère nécessaire et la diaspora a un rôle prépondérant à jouer dans le développement de son pays d’origine.

Diaspora burkinabè de Konakry
Diaspora burkinabè de Konakry

Pour rassurer la diaspora burkinabè à investir dans son pays, les nouvelles actions en leur faveur pourraient être envisagées si ce n’est pas encore le cas. Il s’agit, entre autres, de la sécurisation de leurs avoirs à travers la création d’un guichet dans tous les consulats et ambassades. Dans ce sens, nos représentations diplomatiques et consulaires devraient être davantage à l’écoute des émigrés.

Parce qu’elle assure la survie (gestion de la scolarité, des maladies, de l’alimentation…) des familles par l’envoi des fonds, la diaspora joue un rôle important et contribue à la paix sociale. Aussi, le Burkina doit donner à sa diaspora ses lettres de noblesse.

Bien canalisée, leur contribution financière massive peut contribuer à créer des emplois et être porteuse de croissance. Au moment où l’on parle de la redynamisation du secteur de l’agriculture, les Burkinabè de l’extérieur peuvent et doivent être des partenaires privilégiés. Pour cela, il faut mieux les organiser et les rassurer. Il faut également vaincre la corruption qui annihile les efforts des partenaires et des hommes de bonne volonté. La diaspora qui a un très fort potentiel économique, intellectuel, culturel, sportif et technique a besoin d’un environnement propice pour investir dans son pays. C’est pourquoi le Burkina post-insurrection devrait trouver les voies et moyens de transformer les membres de sa diaspora en une classe spéciale d’investisseurs. Il suffit d’y croire.

Théophile MONE

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Ministère des Finances: les agents du Trésor passent à la vitesse supérieure avec une grève de 10 jours

Ayant constaté avec «amertume» les propositions de réponses apportées par le gouvernement à la satisfaction …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *