Home / Société / Martyrs de l’insurrection: des fleurs avant la reconnaissance de la Nation

Martyrs de l’insurrection: des fleurs avant la reconnaissance de la Nation

A quelques heures de la cérémonie solennelle de décoration et d’élévation au rang de héros nationaux des martyrs de l’insurrection, un hommage leur a été rendu au cimetière municipal de Gounghin le samedi 30 mai 2015 à 9 heures. Il s’agissait du dépôt de gerbes de fleurs pour honorer la mémoire de ceux qui sont tombés sur le champ d’honneur de la liberté lors des évènements des 30 et 31 octobre 2014.

Plusieurs membres du gouvernement et des personnalités politiques ont pris part à cette cérémonie de dépôt de gerbes (2)
Plusieurs membres du gouvernement et des personnalités politiques ont pris part à cette cérémonie de dépôt de gerbes (2)

Placée sous la présidence du président du Conseil national de la Transition, Chériff Moumina Sy, cette cérémonie a connu la présence de plusieurs membres du gouvernement venus exprimer leur reconnaissance aux «combattants» de la liberté qui reposent en ces lieux.
Trois actes majeurs ont ponctué cette cérémonie. Dans un premier temps, c’est le haut-commissaire de la province du Kadiogo et président de la délégation spéciale de la commune de Ouagadougou, Damien Gampiné, qui, après la minute de silence observée en la mémoire des disparus, prononcera le mot de bienvenue à toutes les composantes de la société qui, par leur présence en cette matinée, «célèbrent la bravoure et le courage de ceux qui, au prix de leur vie, ont dit Non à la forfaiture, à la patrimonialisation du pouvoir et à la dictature».

Cheriff Sy s’est engagé à œuvrer aux côtés du gouvernement pour «rendre justice» à ceux qui sont tombés pour que triomphe la démocratie (2)
Cheriff Sy s’est engagé à œuvrer aux côtés du gouvernement pour «rendre justice» à ceux qui sont tombés pour que triomphe la démocratie (2)

S’adressant aux martyrs, Damien Gampiné dira qu’ils sont désormais des symboles aux yeux de leurs concitoyens et de ceux qui leur ont arraché la vie. «Vous incarnez à ce titre, ce qu’il y a de noble face à la barbarie, à la fatalité, à la soumission», conclura-t-il.
A sa suite, le président de la représentation nationale, Chériff Sy, dira que «mourir pour que triomphe un idéal démocratique au Burkina Faso, c’est vivre à jamais dans le cœur des Burkinabè». Cette phrase, selon le chef du parlement transitoire, résume à elle seule la raison de la présence de plusieurs Burkinabè entre ces murs pour témoigner la reconnaissance d’un peuple libre à ceux qui ont payé le prix fort. A la douleur et aux larmes, Cheriff Sy dit voir l’admiration pour tous ces Burkinabè morts dans le feu de l’action libératrice, pour qu’émerge une démocratie véritable, gage de liberté et d’égalité entre les concitoyens. C’est en réitérant l’engagement de son institution à œuvrer pour «une justice véritable à ces combattants de la liberté et valeureux fils du Pays des hommes intègres» que le président du CNT a clos son propos, laissant la place au dépôt de gerbes, deuxième étape de la présente cérémonie.

Le dépôt symbolique de gerbes et le recueillement des autorités ont été les grands moments de cette journée.
Le dépôt symbolique de gerbes et le recueillement des autorités ont été les grands moments de cette journée.

Ils seront quatre à procéder au dépôt symbolique de gerbes sur les tombes. Chériff Sy, président de la cérémonie, sera assisté du MATDS, Auguste Denise Barry, du ministre de la Justice, Joséphine Ouédraogo, et de Pouahoulabou K. Victor, représentant des familles des victimes. C’est la sonnerie aux morts, l’exécution du Ditanyé, et le recueillement qui mettront fin à cette cérémonie qui a connu la présence des présidents d’institutions, des diplomates, des responsables coutumiers et religieux et des chefs de partis politiques.
W. DAVY

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Quelles valeurs les Burkinabè donnent-ils au travail aujourd’hui?

A la veille du 1er mai, fête du travail, fête des travailleurs et dans un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *