Home / Déclarations-Communiqués / L’Union africaine félicite Michel Kafando pour sa bonne gestion de la Transition

L’Union africaine félicite Michel Kafando pour sa bonne gestion de la Transition

Le Président de la transition, Président du Faso, Son Excellence Monsieur Michel Kafando, a reçu dans l’après-midi du samedi 15 août 2015 à Kosyam, SEM Pierre Buyoya de passage à Ouagadougou, dans le cadre de ses responsabilités de Haut représentant de l’Union africaine (UA) pour le Mali et le Sahel.

Les deux personnalités en tête-à-tête
Les deux personnalités en tête-à-tête

A sa sortie d’audience, Pierre Buyoya a dit la satisfaction de l’Union africaine quant à la bonne conduite de la Transition par Michel Kafando: «Je suis venu voir le Président pour discuter d’un certain nombre de sujets. D’abord, la façon dont la transition avance; ensuite des questions concernant la sécurité au Sahel. Concernant le premier point, je voudrais au nom de l’Union africaine exprimer notre appréciation, notre admiration au Président pour la façon dont il conduit la Transition en particulier la façon dont il a géré les derniers soubresauts que la Transition a connus. Il a fait cela d’une façon remarquable et j’avais le devoir de passer ce message d’appréciation au nom de l’Union africaine. Je voudrais aussi exprimer notre encouragement pour la période qui reste. Vous savez que l’Union africaine joue un rôle particulier dans l’accompagnement du Burkina Faso au niveau de la Transition. Nous suivons cette situation au jour le jour et nous voulons encourager le Président pour que la dernière étape soit franchi dans la sérénité, dans la concorde pour que prochainement le pays puisse se doter d’institutions démocratiques de manière paisible».

Pierre Buyoya, à sa sortie d’audience.
Pierre Buyoya, à sa sortie d’audience.

Michel Kafando et Pierre Buyoya ont également abordé au cours de leur entretien des questions sécuritaires au Sahel. Au nombre de ces questions figure l’application de l’accord de paix signé au Mali: «Nous avons aussi eu l’occasion de parler de sécurité au niveau de la région. J’ai informé le Président notamment sur la situation au Mali, comment l’accord de paix se met en place. Le défi, c’était la mise en application de l’accord en particulier la situation de la sécurité et nous avons tous souhaité qu’il y ait un apaisement et que cet accord produise la stabilité pour le Mali et pour la région» a conclu Pierre Buyoya.
Direction de la communication de la Présidence

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Projet de parc solaire à vocation regionale(PSVR) au Burkina Faso : publication de la nouvelle version du mécanisme de gestion des plaintes

PSVR_Mécanisme de Gestion des Plaintes (version française) 00

Un commentaire

  1. Il faut à l’Union Africaine s’auto- saisir de la situation du Burkina pour donner sa lecture de l’interprétation des articles 37de la constitution burkinabè et 52 de la charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance d’une part et le rôle des OSC tel attendu dans le plan de la mise de la dite charte .Pour nous , cette clarification s’impose :
    1. de par le libellés de l’article 52 ci-dessus référencé qui stipule que : « Aucune des dispositions de la présente Charte n’affecte les dispositions plus favorables relatives à la démocratie, aux élections et à la gouvernance contenues dans la législation nationale des États parties ou dans toute autre traité régional, continental et international en vigueur dans ces États parties ». Pour nous cet article a été soutenu par sa notion de la portée des changements antidémocratiques qui Confirme les acquis de la Déclaration de Lomé sur les situations considérées comme changements anticonstitutionnels de gouvernement(CAG), mais adjoint à cette nomenclature une cinquième situation, à savoir « tout amendement ou toute révision des Constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique ».
    2. la portée de la hiérarchisation des normes juridiques dans sa mise en œuvre des dispositions de cet article 52 par la CEDEAO. En effet pour nous autres analphabètes juridiques comprenant mal les subtilités juridiques, le verdict de la CEDEAO a soit ignoré cette portée des CAG ; soit marqué l’indépendance de celle par rapport à l’UA. L’un dans l’autre la mise en œuvre de la charte ressemble à un toit de singes, les uns tissent , les autres défont. ça ne fait pas sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *