Home / Economie-Finances / Litige Douane-Onatel SA: le REN-LAC demande au gouvernement de rétablir l’Etat dans ses droits

Litige Douane-Onatel SA: le REN-LAC demande au gouvernement de rétablir l’Etat dans ses droits

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a au cours d’une conférence de presse animée le mercredi 12 octobre 2016 interpellé le gouvernement burkinabè sur la nécessité de rétablir l’Etat dans ses droits et de prendre des mesures vigoureuses pour freiner l’incivisme fiscal sous toutes ses formes, faisant allusion au litige douanes/Onatel SA.

Le Ren Lac exige que le gouvernement rétablisse les droits de l'Etat
Le Ren-Lac exige que le gouvernement rétablisse les droits de l’Etat

Le secrétaire exécutif adjoint du Ren-Lac, Sagado Nacanabo, a exigé du gouvernement lors d’un point de presse,  qu’il rétablisse le préjudice subi par l’Etat dans le litige qui oppose la douane à l’Onatel SA en organisant un contrôle complémentaire pour inventorier de manière exhaustif les équipements acquis par l’Onatel SA. Pour Sagado Nacanabo, dans un contexte socio-économique tendu où le «gouvernement lui-même se cherche, il serait injuste et inapproprié de fermer les yeux sur de si graves torts commis à l’Etat».

Nacanabo Sagado secrétaire général adjoint du Ren-Lac
Sagado Nacanabo secrétaire général adjoint du Ren-Lac

Selon ses confidences, le Ren-Lac a été saisi du dossier Onatel et ses démarches entreprises lui ont permis de savoir qu’à l’occasion de la fusion Telmob SA par Onatel SA, du matériel avait été préalablement acquis par Telmob SA sous un régime douanier de faveur. Ce matériel a-t-il noté, a été transféré à l’Onatel SA sans suivre les procédures qui sont exigées par la réglementation douanière. «Normalement Onatel SA devrait faire la déclaration de ce matériel au niveau  de l’administration des douanes et s’acquitter des droits et taxes de douane qui ont été évalués à 11 317 919 506 F CFA», a souligné M. Nacanabo. Il poursuit en indiquant que dans la gestion de ce dossier, l’Onatel SA qui a reconnu les faits qui lui sont reprochés a souhaité un règlement amiable. «Le gouvernement à l’époque a tout simplement donné des instructions à la direction générale des douanes de percevoir une somme de 100 millions en tout et pour tout pour clore l’affaire», a-t-il dévoilé. Or, dit-il, il devait prononcer des sanctions à l’encontre de l’Onatel SA. «Si on ne s’en tient rien qu’aux sanctions en termes de peines d’amande, l’Etat est en droit d’exiger de l’Onatel SA une somme d’environ 70 milliards», a soutenu le secrétaire exécutif adjoint.

Bruno Kéré, chargé le plaidoyer et de lobbying
Bruno Kéré, chargé le plaidoyer et de lobbying

En plus de cela, ajoute-t-il, les matériels des équipements qui ont été acquittés à Telmob SA ont été transférés de manière irrégulière à l’Onatel SA. Une déclaration qui, du point de vue des conférenciers, n’a pas été sincère car, ont-t-ils souligné, «certains matériels ont été camouflés lors du contrôle de la douane». C’est au regard de tous ces aspects, que le Ren- Lac par la voie de M. Nanacabo, exige qu’il y ait un contrôle complémentaire pour inventorier de manière exhaustive ce matériel, et une réévaluation des droits et taxes de douanes, qui de leur avis dépassent les 11 milliards qui sont actuellement estimés au niveau de l’administration douanière. «Si le dossier doit être géré comme il se doit, l’Etat devrait normalement être en droit de réclamer plus d’une centaine de milliards à l’Onatel SA», s’est convaincu le chargé le plaidoyer et de lobbying du Ren-Lac, Bruno Kéré qui pense que cette situation est assez grave pour la passer sous silence. «Les responsabilités de tous les agents impliqués dans la gestion «scandaleuse» de ce dossier doivent être situées afin que ceux qui doivent répondre de leurs actes, puissent répondre et les assumer», a conclu Bruno Kéré.

                                                Madina Belemviré

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Apollinaire Compaoré crée sa banque*

Ça y est! Apollinaire Compaoré, le patron du groupe Planor Afrique, est autorisé à ouvrir …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *