Home / Politique / Lettre ouverte au président du Faso: Ablassé se sent seul

Lettre ouverte au président du Faso: Ablassé se sent seul

Ablassé Ouédraogo, candidat malheureux à la présidentielle de novembre 2015
Ablassé Ouédraogo, candidat malheureux à la présidentielle de novembre 2015

Ablassé est un homme politique qui a lutté au sein du CFOP pour le départ de Blaise Compaoré. Lui et son parti, Le Faso autrement, ont été candidats aux élections et la moisson est dérisoire. Aujourd’hui, Ablassé n’est ni de l’opposition, ni de la majorité. Un équilibrisme s’il en est, difficile à tenir.

On avait pensé qu’il était ainsi dégoûté de la chose politique et était en train de tirer sa révérence comme Ram Ouédraogo pour se consacrer à son cabinet. Que non. Il y a quelques jours, il s’est fendu d’une lettre ouverte au président du Faso, son ancien compagnon des marches et autres meetings contre la modification de l’article 37 de la Constitution et pour le départ de Blaise Compaoré de Kosyam et du Burkina. Ablassé veut-il dire par là qu’il n’a plus accès au Rocco?

Si c’est le cas, il l’aurait voulu. Puisque c’est lui qui s’est marginalisé. Pour en tirer quoi? Lui seul le sait.

Il n’y a pas quelqu’un qui devrait être dégoûté de la politique comme Jean-Hubert Bazié. Mais, plus que jamais, il est présent dans l’arène, puisqu’il s’est rapproché de Zèph et du CFOP. Si Ablassé était de l’opposition, il aurait fait des propositions et aurait été de la délégation qui a été reçue par le président du Faso.

Mais il n’est nulle part et parle de dialogue avec la classe politique. Quelle classe encore que la majorité et l’opposition? Le président Roch sait que le pays ne va pas bien, c’est pourquoi il écoute son opposition car tout le monde peut contribuer à sa stabilité.

Le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale est là également pour recenser toutes les meurtrissures du peuple et des populations pour des pansements. Pourquoi créer un autre cadre de dialogue? On a trop marché, parlé, on s’est bien bagarré, il est temps de travailler.

Car, en réalité, depuis que l’idée de la succession de Blaise par François puis la modification de la Constitution a germée, le Burkina a arrêté de travailler. Ça fait presqu’une décennie. Voilà pourquoi Roch hérite d’ailleurs d’un pays malade.

Ablassé se sent isolé, ignoré, parce qu’il n’a ni mandat électif, ni voix au chapitre dans les cadres institutionnels. Il veut attirer l’attention sur lui, c’est un appel du pied.

Après tout, n’est-ce pas un pain béni pour ses opposants si Roch échoue pour qu’il y ait une ‘’alternance vraie’’?!

Lougouvinzourim

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

L’intégralité du discours de Zéphirin Diabré

Discours CFOP du 29 avril 2017 00

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *