Home / Mounafica / Les artisans ont sorti le marteau et l’enclume

Les artisans ont sorti le marteau et l’enclume

Mounafica le sait bien, depuis un certain temps, l’atmosphère est délétère au sein de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Burkina (CMA-BF). Une partie des membres dénonce la mauvaise gouvernance de l’équipe dirigeante en place depuis la création de la CMA-BF en 2010. Ces membres avaient même demandé la dissolution de la structure, à l’image de la Chambre de Commerce et de l’Industrie dont relève la CMA-BF. Mais l’autorité leur avait dit de garder patience, le renouvellement du bureau étant pour bientôt.

Des tisseuses du Village artisanal de Ouagadougou (ph. Village artisanal)
Des tisseuses du Village artisanal de Ouagadougou (ph. Village artisanal)

D’accord. Mais Mounafica a vu passer, ces derniers jours, deux courriers (une lettre au ministre de tutelle et une autre, ouverte celle-ci, adressée au Premier ministre) dans lesquels les frondeurs demandent qu’on fasse un toilettage de certains textes qui posent problème et qu’on pose certains actes, avant les élections. Sont de ceux-là:
– Un audit sur la gestion de la CMA-BF et de la FENA-BF (Fédération nationale des artisans du Burkina Faso);
– L’élaboration d’une feuille de route consensuelle et assez claire pour l’organisation de cette élection;
– L’arrêt de la convention de partenariat entre la CMA-BF et le cabinet International Business Group (IBG) basé en Côte d’Ivoire qui s’est adjugé le recensement des artisans et la confection des cartes que l’Office national d’Identification (ONI) du Burkina aurait pu faire.
D’autre part, les auteurs se plaignent du fait que le recensement fait par IBG en vue des élections d’octobre 2015 (décidemment, octobre est un mois d’élections) s’est fait à l’insu de certains artisans qui n’ont donc pas été recensés. Ils craignent par conséquent que les élections ne soient pas sereines et transparentes et soient source de contestation.
Mounafica n’est pas artisan et ne sait pas ce qui nage sous l’eau de ce marigot bien poissonneux. Mais il se dit que la situation mérite que l’autorité y jette un bon coup d’œil pour ramener la sérénité dans ce milieu qui regroupe un très grand nombre de travailleurs. Mounafica craint que la situation vienne à être coincée entre le marteau et l’enclume de ces artisans, si rien n’est fait.
Mounafica, tout œil tout ouïe!

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Jean-Bosco Kienou, le tombeur du DG de la Police

Le nouveau directeur général de la Police nationale est le tombeur de l’ancien, le très …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *