Home / Edito / Leçon de victoire à l’arrachée des Etalons

Leçon de victoire à l’arrachée des Etalons

Dimanche soir au Stade du 4-Août, lors de la victoire des Etalons contre les Zèbres, il n’y avait pas distinctement des partisans du MPP, du CDP ou de l’UPC, mais des Burkinabè unis et poursuivant un même objectif!

Au stade, tous unis derrière les Etalons, il n'y a pas de différence ethnique, religieuse ou politique. C'est ce qu'il nous faut aujourd'hui pour aller de l'avant.
Au stade, tous unis derrière les Etalons, il n’y a pas de différence ethnique, religieuse ou politique. C’est ce qu’il nous faut aujourd’hui pour aller de l’avant (photo: wakatinfo.over.blog.com).

«Fier Burkina de nos aïeux». Qui n’en veut pas et qui n’en rêve pas? Dimanche soir, sous le soleil puis un vent fort et une pluie battante, les Etalons ont tout bravé et ont vaincu les Zèbres du Botswana par le score de 2-1. Fiers dans la fièvre et enthousiastes dans la cohésion, les nombreux supporters du pays et de ceux de la diaspora ivoirienne ont répondu présents. Comme dans une même famille et sans distinction aucune, ils ont poussé les Etalons à la victoire finale.

Du coup, ce peuple homogène a réveillé en nous la nostalgie d’un Burkina uni et déterminé à gagner ensemble ses défis majeurs. Et si nous voyions cela comme un appel pressant à la réconciliation et à la paix? Ce qui est sûr, si nous nous inspirons de ce sport qui rassemble et qui réconcilie, nous serons plus forts et respectés.

La victoire in extremis des Etalons est comme une interpellation à consentir des efforts même dans les situations les plus difficiles. Comment ne pas y voir de la persévérance, l’effort sans relâche d’un peuple qui aspire à des victoires? Mais un peuple uni! Ce comportement des supporters d’un soir qui s’embrassaient sans se poser des questions sur les obédiences religieuses, ethniques ou sur les camps politiques des uns et des autres constitue une leçon de vie, une interpellation à plus de cohésion, de compréhension et de paix.

Unis dans la paix et la concorde, nous gagnerons des victoires et seront respectés
Unis dans la paix, la concorde et la tolérance, nous gagnerons des victoires et seront respectés (photo:www.football226.com)

Au niveau communautaire, le sport est perçu comme un moyen permettant de créer un environnement dans lequel les individus peuvent se rassembler et travailler en vue d’un objectif commun, exprimer un respect envers autrui, et partager un espace commun. Tous ces aspects sont cruciaux dans la consolidation de la paix. Il faut que le Burkina s’en inspire en ce moment où ses filles et ses fils ont besoin d’aller de l’avant.

Car comme on le voit, le sport, en l’occurrence le football, a la capacité à transcender les différences de classes et d’opinions.

Le sport peut apporter beaucoup aujourd’hui dans la construction de notre identité nationale qui se meurt chaque jour. Le sport peut nous aider à promouvoir une image positive de notre pays à l’étranger. L’image d’un peuple fier, combatif et uni. Le football peut contribuer de manière positive à un renforcement de la fierté nationale et former une cohésion autour de l’identité nationale.

En fait, le sport est une sorte de catalyseur national qui a le pouvoir de recréer de la bonne humeur collective. Tirons-en leçon pour consolider les acquis et gagner main dans la main de nouvelles victoires. Nous en avons besoin. Impérativement.

Les Echos du Faso

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Pendant combien de temps encore Blaise Compaoré pense-t-il fuir la justice burkinabè?

Aussitôt ouvert ce 27 avril 2017, le procès du dernier gouvernement de Luc Adolphe Tiao …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *