Home / Ca se passe à l'assemblée / Justice: Blaise Compaoré et Cie mis en accusation par le CNT

Justice: Blaise Compaoré et Cie mis en accusation par le CNT

Le Conseil national de la Transition a mis en accusation l’ancien président et plusieurs ex-dignitaires. C’était lors d’une séance plénière tenue le jeudi 17 juillet 2015, sous la présidence de Chériff Sy. Plénière à laquelle les 10 députés de l’ex-majorité n’ont pas participé.

Justice: Blaise Compaoré et ses Cie mis en accusation par le CNT
Justice: Blaise Compaoré et ses Cie mis en accusation par le CNT

Prévue pour 14 heures, c’est finalement à 16 heures 30 minutes que débutera cette plénière avec l’appel nominal des députés de la Transition. On dénombre 64 votants. Le décor est planté. Jean Hubert Bazié, porte-parole de la Commission spéciale, est appelé au parloir. Il présente le contenu du rapport de la commission spéciale mise en place pour la cause. Des projets de résolution élaborés sur la base des rapports produits par l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat (ASCE) et par le Parquet de Ouagadougou. Il s’agit de la proposition de résolution portant mise en accusation du président déchu, Blaise Compaoré, et de plusieurs membres de son dernier gouvernement. A ces derniers viennent s’ajouter des anciens ministres, Gilbert Noël Ouédraogo, Joseph Paré, respectivement accusés de «détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur la somme de 600.000.000 FCFA», et de 269 millions.

Le porte-parole de la commission parlementaire spéciale, Jean Hubert Bazié, lisant les propositions de résolutions au CNT
Le porte-parole de la commission parlementaire spéciale, Jean Hubert Bazié, lisant les propositions de résolutions au CNT

Accusations de détournements
La liste est dévoilée par Jean Hubert Bazié. Il s’agit, dans un premier temps, de Koumba Boly Barry, accusée de «détournement de deniers publics» et enrichissement illicite portant sur la somme de 3.218.434.339 FCFA».
Djibrill Bassolé, accusé de «détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur la somme de 393.499.543 FCFA».
Pour sa part, Jérôme Bougouma, ex-ministre de l’Administration et de la Sécurité, est accusé de «détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur la somme de 3 milliards de FCFA».
Arthur Kafando, répondra des accusations de «faux et usage de faux, détournement de deniers publics portant sur la somme de 78.865.595 FCFA». Jean Bertin Ouédraogo, ministre des infrastructures et du désenclavement, lui est accusé de «détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur 1.000.000.000 FCFA». Alain Edouard Traoré, ex-ministre de la Communication, lui, est accusé «détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur la somme de 100.000.000 FCFA».

Les députés ont voté la proposition de mise en accusation des anciens dignitaires du régime déchu.
Les députés ont voté la proposition de mise en accusation des anciens dignitaires du régime déchu.

Accusation de haute trahison et assassinats
La résolution, présentée par 30 députés, a été adoptée par 60 députés sur les 63 votants, jeudi 16 juillet. Trois députés se sont abstenus.» Il importe dans ces conditions que M. Blaise Compaoré, ex-chef de l’État, ex-président du Faso, au moment des faits, soit renvoyé devant la Haute cour de justice, pour répondre des faits constitutifs de haute trahison et d’attentat à la Constitution qui lui sont reprochés conformément aux dispositions en vigueur», indique la résolution. Pour les membres de son dernier gouvernement, il s’agit des accusations de coups et blessures, sur les personnes de Bassolé Nebon et autres, assassinats et complicités d’assassinats. Selon le porte- parole de la commission, ils sont mis en cause pour avoir participé au dernier Conseil des ministres qui a adopté le projet de modification de l’article 37 en dépit des mis en gardes et des appels de toute la classe politique. Lu Adolphe Tiao, premier ministre à l’époque des faits, devra répondre des accusations d’assassinats pour avoir autorisé, par le biais d’une réquisition spéciale, l’armée à se déployer sur le territoire national et à «faire usage de ses armes sur les manifestants des 30 et 31 octobre 2014».
A l’issue de cette plénière qui a adopté à la majorité cette proposition de résolution, un rapport sera remis au procureur général qui avisera avant que le mécanisme se mette en branle pour entendre les accusés.
Le Président du CNT, Chériff Sy, a fait savoir que « ce n’est qu’une première mise en accusation. (…), ce n’est pas une liste ni définitive, ni exhaustive ».
W. DAVY
Liste des mis en accusation:
– COMPAORE Blaise, faits de haute trahison et d’attentat à la Constitution ;
– BASSOLET Djibrill Ypènè, faits de détournement de deniers publics et enrichissement illicite portant sur la somme de 393.499.543 FCFA.
– KAFANDO Arthur, faits de faux et usage de faux, détournement de deniers publics portant sur la somme de 78.865.595 FCFA.
– BOUGOUMA Jérôme, faits de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite portant sur la somme de 3.000.000.000FCFA.
– PARE Joseph, faits de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite portant sur la somme de 269 586 309 FCFA.
– BARRY Koumba, faits de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite portant sur la somme de 3.218.434.339 FCFA.
– OUEDRAOGO Gilbert Noël, faits de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite portant sur la somme de 600.000.000 FCFA.
– OUEDRAOGO Jean Bertin, faits de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite 1.000.000.000 FCFA.
– TRAORE Alain Edouard, faits de de détournement de deniers publics et d’enrichissement illicite portant sur la somme de 100.000.000FCFA.
– Tiao Beyon Luc Adolphe et tous les ministres présents au Conseil des ministres du 21 octobre 2014, faits de coups et blessures volontaires, complicité de coups et blessures, assassinat et complicité d’assassinat

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Renforcement de la démocratie au Burkina Faso: le Parlement mobilise près de 5 milliards de F CFA

L’Assemblée nationale a tenu avec succès, le jeudi 20 avril 2017 à Ouagadougou sous la …

Un commentaire

  1. C’est venu tard. Mais comme le dit l’adage, mieux vaut tard que jamais. Comme dit Rousseau je le cite »le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître. » fin de citation. Juste pour dire que Blaise et ses amis ont passé le temps à miser sur les rapports de force en oubliant qu’un jour ils peuvent être rattraper par l’histoire. Et voilà. Des jeunes aux dents acérées ont renversé le cours de l’histoire les 30 et 31 octobre 2015. Et l’histoire continue son cours normal. Pour la génération (politique ou apolitique) actuelle, il n’y a qu’une leçon à retenir: » travailler dur, tout faire pour rentrer de façon triomphale dans l’histoire ». Et ce, de façon positive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *