Home / Nè Wendé / Il faut la trêve

Il faut la trêve

Nè-Wendé

Moi Nè Wendé, je ne suis pas content de mes concitoyens. Parce que ce sont des gens qui veulent d’une chose et son contraire. Ils parlent d’impunité alors qu’eux-mêmes ils posent des actes répréhensibles. Et si tu veux le leur faire comprendre, ils se mettent dans tous leurs états. Nè Wendé!

Des animateurs des OSC ont manifesté et continuent de le faire pour demander à la justice de se bouger le cul pour juger les crimes économiques et de sang. Soit.

Maintenant, lorsqu’on veut simplement entendre l’un d’entre eux, ‘’ka to’’: on bande le muscle, on rougit l’œil, on menace, on défie les forces de l’ordre. Nè Wend quoi, la puissance publique ne doit plus tolérer de tels comportements.

A partir de maintenant, celui qui va oser élever la voix pour défier l’autorité de l’Etat doit savoir de quel bois celui-ci se chauffe. J’ai aimé la démarche du délégué des militaires radiés, l’autre jour. Toujours demeurer respectueux des hommes et des institutions, mais perspicace dans les réclamations. Nè Wendé!

Aujourd’hui, on bouscule le pouvoir de tous les côtés pour des problèmes qui existent depuis l’époque de Naaba Kougri. Ceux qui s’égosillent avaient pourtant le clapet rabattu, même pendant la Transition. C’est parce qu’on parle aujourd’hui de retour à un régime démocratique, chacun sort de son clapier pour exiger des choses hic et nunc. Nè Wendé!

La passivité a trop duré, l’autorité doit montrer les dents maintenant. C’est vrai que le MPP, l’opposition et les OSC ont lutté ensemble pour faire partir Blaise mais cette parenthèse est désormais fermée avec les élections générales qui ont désigné des dirigeants. Nè Wendé!

Défier l’autorité, la narguer, cela doit prendre fin illico presto. Le Koglweogo ou l’organisation qui veut montrer comment gouverner doit aller dans l’opposition. C’est là-bas qu’on s’oppose au pouvoir. Les OSC peuvent être des contre-pouvoirs mais dans le respect de la légalité. Nè Wendé!

Rien ne bouge? Comment ça va bouger, lorsque l’insécurité et même l’instabilité sont omniprésentes! Comment peut-on avoir l’esprit tranquille, lorsqu’on est confronté à des pressions (grèves, sit-in et autres débrayages intempestifs)! Comment ça peut bouger, lorsque les travailleurs sont paresseux et cupides! Comment ça va bouger, lorsqu’une simple pluie peut empêcher d’aller au boulot! Ce matin, combien de fonctionnaires étaient à leurs postes à 10h? Il y a des automobilistes qui sont partis au travail  après la pluie. Chacun, là où il est, n’a qu’à se demander ce qu’il fait pour que ça bouge. Nè Wend quoi!

Et puis, la vérité rougit les yeux mais ne les crève pas. Ayons le courage d’admettre la vérité vraie: en dehors du MPP et de son frère le CDP (ils sont de même mère mais pas de même père), quel autre parti a un potentiel de qualité pour gouverner aujourd’hui? On ne sent rien, on ne sent rien, comme si c’était un autre parti qui était au pouvoir, les choses allaient changer rapidement! On n’efface pas en 7 mois des habitudes d’une trentaine d’années? Nè Wendé!

Oui, pas de problème, de là, j’ai entendu mon ma… Le Burkinabè est trop fort dans ça. Mais c’est la vérité. Personne ne veut travailler pour produire et chacun veut qu’on améliore ses conditions. Na wum yamb ka! Nè Wendé!

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

A quand les tralalas de l’homme?

La femme d’hier allait au salon. Pour se faire une belle coiffure. De nos jours, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *