Home / Défense-Sécurité / Gendarmerie nationale: bilan de plus d’un mois d’opérations de lutte contre la criminalité à Ouaga

Gendarmerie nationale: bilan de plus d’un mois d’opérations de lutte contre la criminalité à Ouaga

Dans un contexte empreint de risques terroristes, et de plus en plus de braquages à main armée, il était nécessaire pour les Forces de défense et de sécurité d’agir, ne serait-ce que pour dissuader, et, au besoin, réprimer les auteurs d’actes criminels. C’est ainsi que sur instruction du ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure (MATDSI), une série d’opérations de contrôles routiers et de ratissages dans les zones fortement criminogènes de la ville de Ouagadougou ont été effectuées du 25 août au 29 septembre 2016. Les opérations ont été conjointement menées par la Gendarmerie et la Police nationales.

Le 06 octobre 2016, au Camp Paspanga, dans la salle Norbert Zongo, le lieutenant-colonel Sam Djiguiba Ouédraogo, commandant du Groupement de la gendarmerie départementale de Ouagadougou, accompagné de bien d’autres collègues, ont présenté à la presse le bilan de leur intervention menée dans la zone nord de la capitale, partie confiée aux pandores.

Les animateurs du point de presse avec au centre le lieutenant-colonel Sam Ouédraogo
Les animateurs du point de presse avec au centre le lieutenant-colonel Sam Ouédraogo

Le Burkina en général et la ville de Ouagadougou en particulier connaît de plus en plus des actes criminels et d’incivisme, bref de problèmes d’insécurité. Toute chose qui met à rude épreuve la quiétude, la tranquillité et la libre circulation des citoyens. Les autorités compétentes ne pouvaient pas rester les bras croisés face cette situation inquiétante. Les opérations de contrôles routiers et de ratissages instruites par le MATDSI ont été conjointement menées pour réduire justement le champ d’action des voleurs, contrebandiers, fraudeurs et assimilés. Elles se sont déroulées du 25 août au 29 septembre 2016 à Ouagadougou et ont mobilisé 250 gendarmes.

Selon le lieutenant-colonel Sam Djiguiba Ouédraogo, ces opérations, qui revêtent un double caractère dissuasif et répressif, avaient pour objectifs, entre autres, «la réduction du taux de la criminalité qui atteint des proportions inquiétantes ces derniers temps, la localisation et l’interpellation des personnes recherchées pour diverses infractions commises, l’identification et la saisie de biens volés et des produits de la contrebande, la lutte contre la fraude des documents afférents aux engins roulants».

L’adjudant-chef major Adolphe Dianda, commandant de la gendarmerie de Sighnoghin
L’adjudant-chef major Adolphe Dianda, commandant de la gendarmerie de Sighnoghin

Bilan chiffré

En 15 sorties nocturnes, les gendarmes ont contrôlé 15 125 personnes dont 94 ont été interpellées et déférées devant le parquet. Il leur est reproché des faits de vol à main armée ou avec effraction. 12 719 engins à deux ou trois roues ont été également contrôlés desquels 1 408 ont été saisis pour défaut de documents y afférents, défaut d’immatriculation ou d’éclairage et pour refus d’obtempérer. En outre, 3 015 véhicules automobiles ont subi des contrôles parmi lesquels, 30 ont été saisis pour défaut de carte grise, de l’assurance, de la visite technique, de permis de conduire. Certains conducteurs de ces engins étaient porteurs de faux documents. Deux armes ont également été saisies et une somme d’argent de 8 598 000 F CFA a été perçue, au titre des amendes forfaitaires.

Les animateurs du point de presse ont reconnu que la croissance démographique des zones périurbaines de la commune de Ouagadougou avec pour corolaire la hausse du taux de criminalité commande le renforcement et la pérennisation de telles opérations pour venir en appoint aux actions menées au quotidien par les unités de la Gendarmerie et de la Police nationales.

Pour ce faire, le lieutenant-colonel Sam Djiguiba Ouédraogo et ses éléments demandent aux populations de signaler aux Forces de défense et de sécurité tous comportements et faits suspects. L’objectif est de leur permettre d’avoir une longueur d’avance dans leur intervention sur les malfaiteurs. Ils rappellent que «aider la sécurité, c’est assurer sa propre sécurité».

Théophile MONE

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Nominations dans l’Armée: qui sont les nouveaux Chefs d’état-major de l’Armée de terre et de l’air?

Le président du Faso, Chef suprême des Forces armées nationales, a nommé le 27 avril …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *