Home / Arts-Culture / Fondement et secrets pour réussir son mariage

Fondement et secrets pour réussir son mariage

Ce document ou ce recueil de conseils pratiques est l’œuvre de Jean Bosco Kaboré, conseiller conjugal et médiateur familial. Ce formateur et accompagnateur en psycho relation d’aide est aussi connu sur la chaîne de télé BF1 par le biais de l’émission «Vivre ensemble».

Thème pertinent et d’actualité du fait des divorces sans cesse croissants que connaît notre société, ce livre d’une centaine de pages devrait être lu par les aspirants au mariage et par ceux qui veulent consolider leur lien matrimonial.

Pour Jean-Bosco Kaboré, tout ce  qui vient de l'homme a une date de péremption.
Pour Jean-Bosco Kaboré, tout ce qui vient de l’homme a une date de péremption.

La souffrance, le désespoir de personnes croyantes et non-croyantes, les causes de conflits de couple ne l’ont pas laissé indifférent. Ce sont bien ces difficultés, inquiétudes qu’il entend tous les jours qui l’ont motivé à écrire.

Direct et sans tabou, ce spécialiste de la famille et de la vie du couple ne va pas par quatre chemins pour énumérer les causes des conflits des couples mariés: «l’ignorance, l’immaturité humaine et spirituelle, le manque de préparation sérieuse au mariage, le manque de dialogue, de repère basique en amour». Pour le docteur Jean Bosco Kaboré, le premier fondement et secret de l’amour, c’est la communion. Car, elle est «l’âme de l’amour». Même si elle «exige une certaine qualité d’écoute rendue visible à travers le regard et le toucher». Le langage en tant que célébration, révélation, échanges intimes dans le rire, le sourire, est au service de la communion. Et, selon l’auteur, «le langage le plus important est le langage non verbal, le regard, le ton de la voix, l’attitude du corps. Ce sont eux qui révèlent l’intérêt qu’on a pour l’autre, comme ils révèlent aussi le désintérêt, le mépris, le rejet». Pour ceux qui ont des déficiences sur le plan du langage verbal, le corps devient le langage essentiel. «Le cri, la violence, les gestes autodestructeurs, comme les gestes de tendresses sont tous des moyens de communion, ils sont porteurs de message», révèle Jean Bosco Kaboré. Pour lui, il est important que les conjoints apprennent à «lire le visage, les yeux, l’attitude du corps, le cri, les angoisses comme les gestes de tendresse de l’autre». Cela n’est possible que si les conjoints se débarrassent des idées enfantines sur l’amour et le mariage. «Trop de gens s’aiment et se marient en pensant, comprenant et communiquant comme des enfants», déplore-t-il.

Le mariage est une institution sacrée et une affaire d’adultes. En effet, de l’avis du docteur Kaboré, le mariage adulte accompli associe: éros, c’est-à-dire désir, attirance sexuelle, philia, c’est-à-dire amitié vraie, communauté d’intérêts et d’objectifs et enfin agapè qui signifie engagement et dévouement profond.

L’autre fondement et secret pour réussir son mariage évoqué par l’auteur est la maturité humaine. Définie comme «l’état d’une personne qui atteint son plein développement (corporel, psychologique, affectif et spirituel)». Dans ce sens, une personne mûre, c’est quelqu’un qui est, entre autres, «capable de travailler avec responsabilité, qui finit ce qu’elle commence malgré les difficultés, demande l’avis des autres mais ne s’y attarde pas obligatoirement, qui est tolérant, donc sait s’adapter aux circonstances, sait écouter, se taire et parler quand il faut.»

Sans gêne, Dr. Jean Bosco a abordé les secrets et bonheur en matière de relations sexuelles. Il va jusqu’à énumérer les huit raisons d’avoir des relations sexuelles (plaisir, devoir, reproduction…). Comme dans un livre érotique, il développe à partir de la page 52, les aspects intimes comme l’orgasme et la meilleure manière d’y parvenir.

Les problèmes sexuels dans le couple, il ne les occulte pas: pratiques sexuelles imposées ou refusées, non consommation de l’union, frigidité, manque de plaisir, troubles de l’érection, éjaculation précoce, vaginisme, motifs de l’infidélité…

Très riches en renseignements pratiques, le livre a le mérite d’évoquer de manière exhaustive les caractéristiques des conflits conjugaux. La conclusion du livre est consacrée au pardon. Car, «pardonner, c’est avoir soif d’unité et de paix», estime Jean Bosco Kaboré. Un livre digeste à lire absolument.

Théophile MONE

 

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Jazz à Ouaga 2017: 09 jours de concerts et plus de 200 musiciens attendus pour le 25e anniversaire

Le Comité d`organisation du Festival international de musique Jazz à Ouaga de l’édition 2017 a …

Un commentaire

  1. Tarbagdo Tégawindé

    Ou peut-on avoir le livre?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *