Home / Mounafica / Encore en octobre!

Encore en octobre!

Ils ont assassiné le capitaine Thomas Sankara un mois d’octobre. Les multiples héritiers de Thom ont voulu justice mais les ‘’hommes forts assassins’’ en ont décidé autrement. Ils étaient tellement forts qu’ils ont oublié qu’il existe un dieu pour les faibles, il est leur avocat face aux injustices des grands de ce monde. Seulement, le temps de Dieu n’est pas très souvent celui des hommes.

Feu Thomas Sankara
Feu Thomas Sankara

Les Burkinabè ont attendu près d’une trentaine d’années pour voir la chute de Blaise Compaoré; et en quel mois? Octobre comme ce triste octobre de 1987 qui a vu l’assassinat du capitaine Sankara.
Après la chute de Blaise Compaoré, le général Diendéré est resté au pays sans fonction précise mais toujours fort à telle enseigne qu’il a voulu devenir président du Faso par coup d’Etat, ce que Salif Diallo, alias Gorba, a trouvé inqualifiable, en reprenant une des thèses de Mounafica qui disait que le général Diendéré a raté trop de coches. S’il avait fait un putsch à Blaise Compaoré, il aurait pu gommer certaines des accusations qu’on lui porte. Tout cela n’était pas dans le plan de Dieu, or seul Dieu est fort, et cette force divine s’est manifestée. Et quand? Un jeudi du mois d’octobre, comme en 1987. On ne peut s’empêcher d’y voir le fantôme de Thom Sank qui, après avoir hanté les esprits de ses assassins, semble sortir sa main les mois d’octobre pour leur créer des problèmes. En français facile, ça s’appelle ‘’leur mettre la honte’’, cette honte qu’ils ont essayée de lui coller après l’avoir envoyé ad patres. Or, ce qui les opposait à Thom et à la révolution, était simplement bassement le matériel. Ils voulaient manger, Thom ne le voulait pas et pour ça il fallait trucider l’empêcheur de manger en rond.

Deux hommes au passé lié depuis plus de 30 ans. Diendéré a toujours été dans l'ombre de Blaise comme son adjoint au CNEC puis comme son ange gardien.
Deux hommes au passé lié depuis plus de 30 ans. Diendéré a toujours été dans l’ombre de Blaise comme son adjoint au CNEC puis comme son ange gardien.

En voulant rapetisser Thom Sank un mois d’octobre, les voilà qui chutent les uns après les autres en octobre. Blaise Compaoré, lui, a fui son pays en octobre pour aller se réfugier en belle-famille, ce qui est loin d’être anoblissant. Le général Diendéré, lui se voit arrêter un mois d’octobre pour aller goûter du gnouf à la Gendarmerie nationale.
Comme on dit au village, ils vont tous bouffer la honte avant de quitter ce bas-monde. Toute chose que Thom Sank n’a pas connue. Bien au contraire, chaque jour qui passe, voit naître de petits capitaines Sankara.
Mounafica, tout œil tout ouïe!

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Jean-Bosco Kienou, le tombeur du DG de la Police

Le nouveau directeur général de la Police nationale est le tombeur de l’ancien, le très …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *