Home / Lu, vu, entendu / Du burkini au Burkina, il n’y a qu’une voyelle que des politiques français ont confondue!

Du burkini au Burkina, il n’y a qu’une voyelle que des politiques français ont confondue!

Autour de la table, dans un bistrot célèbre de la capitale burkinabè, des jeunes arrosaient abondamment la réussite d’un du groupe au bac. Des échanges entre les jeunes, tous les sujets ou presque étaient abordés.

Ils ont d’abord insisté sur les J.O de Rio au Brésil et sur la participation des sportifs burkinabè. En comparaison de ce que nos frères voisins ivoiriens et nigériens ont engrangé, un des jeunes n’a pas caché sa colère sur l’application pure et dure de la philosophie du baron Pierre de Coubertin que font les athlètes burkinabè aux J.O: «L’essentiel est de participer» a dit le créateur des J.O modernes.

Entre autres griefs aux responsables des sports du Burkina, les jeunes pensent qu’il faut une hiérarchisation de la participation burkinabè en mettant l’accent sur une ou deux disciplines sportives dans lesquelles on va mettre beaucoup de moyens pour la préparation des sportifs. «Il n’y a pas de miracle en sport» a conclu un des jeunes.

Du sport ils sont passés à la politique, avec comme document de base la dernière sortie du fondateur du parti le Paren. De la discussion, les torts sont partagés entre le ministre Tahirou Barry et Laurent Bado, dans le sens d’avoir lavé le linge sale non en famille mais sur la toile mondiale. Et la transition a été faite par un des jeunes sur le fait que depuis quelques jours, il entend le nom Burkina dans les médias français et il voulait comprendre ce que le Faso a encore fait, en référence à l’époque de Blaise Compaoré ou le Burkina se mêlait de tout.

Il a été édifié par un du groupe qui semble avoir bien suivi le dossier. Celui expliqua que ce n’est pas le «Burkina» mais le «burkini». Ce maillot de bain que les femmes musulmanes portent à la plage et qui trouble le sommeil de certains politiques français qui veulent que toutes les femmes à la plage portent des «bikinis».

En effet, Nadine Morano a dit ceci sur TF1, à propos du burkini: «Cessons les demi mesures et renvoyons ces gens dans leur pays le Burkina Faso». Elle dit même avoir pris contact avec l’ambassade de France au Burkina Faso mais qu’elle n’a pas eu de réponse. La pauvre! Burkini ne signifie pas petit Burkina. Ce mot n’a pratiquement rien à voir avec le Faso sinon qu’une petite homophonie. Quelle inculture et quelle honte de la part de cette députée française, femme politique de premier plan, candidate aux primaires du parti Les Républicains!

Avec la confusion autour de ce maillot de bain, il n’est pas exclu que des maires zélés qui cachent bien leur sympathie pour le Front national décident d’expulser des Burkinabè, pensant qu’ils sont les créateurs du burkini. Heureusement que le maire FN de Béziers, Robert Ménard, connaît le Burkina Faso pour se laisser tromper.

Malheureusement, toute cette affaire a pour fondement les attaques terroristes qui ont frappé la France, toute chose qui a mis les nerfs des uns et des autres à fleur de peau.

O. H.

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

La Françafrique: ce cordon ombilical qu’aucun président français n’a intérêt à rompre

Le terme Françafrique est utilisé pour désigner les mécanismes par lesquels l’État français maintient sa …

4 comments

  1. Hé, vous aussi. Le site Web qui a posté l’article, http://nordpresse.be est un site de parodies et de canulars. Pareil pour legorafi.fr. Tout ce qu’y est publié est juste pour faire rire.
    Vous ne devez donc pas induire vos lecteurs en erreur.

  2. BADIEL Ibrahima

    Très étonnant d’une personnalité de la trempe de Nadine Morano. Moi, qui pensait que ces gens parlent toujours de ce qu’ils savent!

  3. Thomas Dakin POUYA

    Oh là! qui a parlé de voyelle en trop, en moins ou inter-changée? il manque juste une consonne, la lettre « d », pour parler de « Burkindi », l’être honnête et intègre dont se revendiquent les Burkinabè du Burkina Faso (pays des Hommes intègres). Mme Nadine Morano comme beaucoup de Français sont invités à visiter ce beau pays ensoleillé par le sourire de ses habitants et le fou-rire de ses invités! « Burkina Faso y a noogo » (il fait bon vivre au Faso).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *