Home / Politique / Décision du Conseil constitutionnel à propos des candidatures des anciens députés et ministres de l’ex-majorité

Décision du Conseil constitutionnel à propos des candidatures des anciens députés et ministres de l’ex-majorité

Ces 4 membres du Conseil constitutionnel ont prêté serment à tour de rôle
Des membres du Conseil constitutionnel  prêtant serment

Le Conseil constitutionnel a rendu sa décision, ce 25 août 2015, sur la validité des candidatures à lui soumises en vue des élections législatives du 11 octobre. On constate que les anciens députés et ministres issus de l’ancienne majorité (CDP et mouvance présidentielle moins SAMBARE Palguim, BARRO Karim, SAWADOGO Mahamoudou, BARRY Issa, SAWADOGO Dieudonné et TRAORE Amadou) ont été invalidées, au regard du nouveau code électoral.
On se rappelle que le sieur Angelin Ambaterdomon Dabiré avait déposé un recours contre les candidatures sur les listes provinciale et nationale des anciens députés et membres du gouvernement ayant soutenu la modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè pour permettre à Blaise Compaoré de se présenter à un troisième mandat.
Ainsi donc, ces personnes sont disqualifiées et ne pourront pas prendre part aux élections législatives.
Ce sont:
COULIBALY Toussaint Abel, DICKO Amadou Diemdioda, TAPSOBA Achille Marie Joseph, BOUDA Boubacar, POODA Anicet DERME Salam, SEGDA Bila Gérard, TRAORE NIGNAN/YAGO Pauline, YAGO Aboubakar Alpha, KARFO Kapouné, KAGONE Hamadé, THIOMBIANO Michel, SANNOU Boubakar, DALA Jean-Baptiste, KONE Léonce Siméon Martin, SOURWEMA
NoëI, SAWADOGO Zambendé Théodore, ZOMA Jérôme, DAYAMBA Dahanli, TRAORE Djingri, OhIADJA Kanfido, TRAORE Lacomi Lorcendy, KOMBOIGO Wend-Venem Eddie Constance Hyacinthe, DABIRE Naba, DIENDERE/DIALLO Fatoumata, KYEMTORE/KAMBOU Yéri Adèle, OUEDRAOGO Catherine, OUEDRAOGO Gilbert de Bonne Espérance Goulé, ZONGO Ouango Sylvain, SAVADOGO Yacouba, KABORE Pate, BAMOGO Lallo dit Hamado, YAGUIBOU Bouba, LANKOANDE Folga Ildevert, BELEM Sidiki, OUEDRAOGO Boureima, OUEDRAOGO Rasmané, MAIGA Issaka Boukary, DICKO Mamoudou Hama, DOUAMBA Benjamine, OUATTARA Sita, DABILGOU Timbindi Vincent.

 

Décision 021
Les Echos du Faso

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

L’intégralité du discours de Zéphirin Diabré

Discours CFOP du 29 avril 2017 00

9 comments

  1. Ces gens n’ont pas honte et sont aussi des menteurs. Blaise ayant fui le pays, ils n’avaient qu’à le suivre, d’autant plus qu’il n’y a plus quelqu’un capable de gouverner notre riche patrie. Quand je pense que ce sont mes frères, je demande quelle a bien pu être l’éducation de tels burkinabés, pour qu’ils nous veuillent du mal?

  2. Merci ca c’est une tres bonne nouvelle.je felicite beaucoup cet institut republicain et digne.que DIEU les amene loin jusqu’au bout de leurs idees.bon courage a eux.

  3. kabore françois

    Ils avaient dits :
    Le premier à dit : l’Afrique a besoin « d’institutions fortes » et pas « d’hommes forts »,
    Le second a répliqué : Il ne peut y avoir d’institutions fortes « sans hommes forts ». l
    Clin d »œil à Mister Barak Obama pour la première affirmation et Mister Compaoré Blaise pour la seconde.
    Chapeau au Conseil Constitutionnel.
    La forte institution a survenue à l’homme fort.

  4. Très bonne décision,pour la première fois de son histoire,la cour constitutionnelle vient de rendre service au vaillant et courageux peuple Burkinabè en lavant l’affront que les ouailles de Blaise Compaoré ont osé faire au peuple Burkinabé, en voulant coûte que coûte revenir aux affaires en dépit de leur forfaiture.Ils devraient se contenter de leur liberté parce qu’ils devraient être derrière les barreaux entrain de méditer de leur sort, mais au lieu de saluer la magnanimité du peuple Burkinabè,ils ont eu le culot de vouloir se présenter aux élections de 2015.Si le ridicule tuait.
    Que les âmes de nos frères tombés les 30 et 31 Octobre reposent en PAIX.

  5. je parle bien du conseil constitutionnel et non cour constitutionnelle.

  6. L’histoire retiendra qu’au moment où des politiciens perdaient la tête, au moins des hommes intègres ont su garde les leur sur leurs épaules en toute intégrité.

  7. Bien fait. je penses que le droit a été dit. Du reste soyons vigilent pour la suite . Ils n’ont qu’à revenir dans les cinq prochaines années car ils sont tous burkinabè.

  8. Félicitations aux sages du Conseil Constitutionnel. Ils ont validé les résultats de l’insurrection population. Victoire au vaillant peuple burkinabè!

  9. Formidable! Les acquis de l’insurrection populaire ont été sauvegardés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *