Home / Société / Commission nationale de réconciliation: les consultations se poursuivent

Commission nationale de réconciliation: les consultations se poursuivent

Après l’étape de l’Archevêché et du siège de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso, les membres de la Commission nationale de la réconciliation et des reformes ont été reçus coup sur coup par le chef suprême des mossé à son palais et par l’ancien président du Faso, Jean-Baptiste Ouédraogo, ce mardi 21 avril 2015.

La photo de famille avec le Moogho Naaba peu avant le début de l’audience
La photo de famille avec le Moogho Naaba peu avant le début de l’audience

Composée de Monseigneur Paul Ouédraogo, Président de la Commission nationale de la réconciliation et des reformes (CNRR), de Lucienne Zoma, Vice-présidente et premier responsable de la sous-commission Vérité-Justice-Réconciliation, accompagnés des membres de la CNRR, la délégation accueillie sur le parvis du palais du Moogho Naaba s’entretiendra durant près d’une demi-heure avec l’empereur. A l’issue de cette rencontre, Lucienne Zoma confie que sa délégation prend congé de Sa Majesté, ressourcée. «Il s’est agi pour nous de nous replonger dans nos racines afin de réussir notre lancée et notre élan pour un Burkina Faso réconcilié où la cohabitation sera une réalité quotidienne, en dépit des divergences», a- t- elle expliqué.

Lucienne Zoma a salué la disponibilité des deux personnes ressources qui se sont dites aptes à accompagner la CNRR.
Lucienne Zoma a salué la disponibilité des deux personnes ressources qui se sont dites aptes à accompagner la CNRR.

Selon la Présidente de la sous-commission Vérité-Justice et Réconciliation, le Moogho Naaba a salué l’initiative et manifesté sa grande disponibilité pour accompagner les efforts de paix et de réconciliation des cœurs par ses bénédictions et des prières. En termes de conseils et suggestions, le maître des lieux a mis l’accent sur l’humilité des uns et des autres afin que le Burkina Faso demeure «ce havre de paix» que tout le monde admire.
Deux heures après le palais du Moogho, c’est la clinique Notre dame de la Paix qui accueillera les membres de la commission pour la deuxième audience de la journée.

Monseigneur Paul Ouédraogo en compagnie de Jean-Baptiste Ouédraogo
Monseigneur Paul Ouédraogo en compagnie de Jean-Baptiste Ouédraogo

C’est dans la salle de réunions de cette clinique dont le propriétaire qui n’est nul autre que Jean-Baptiste Ouédraogo, que la délégation sera reçue par l’ancien président du Faso. Débutée à 11 heures 30 minutes, l’audience prendra fin une heure plus tard sur une note de satisfaction partagée. Le contenu des échanges sera une fois de plus dévoilé par Lucienne Zoma.
En sa qualité de premier responsable de l’organe chargé de conduire le Burkina Faso vers une paix des braves et une catharsis sociale pour une réconciliation véritable, elle estime qu’il est aujourd’hui important de revisiter le parcours ainsi que les errements qui ont conduit au déchirement actuel afin de relever le défi et de répondre aux attentes du peuple burkinabè qui a soif de voir ses fils et ses filles parler à nouveau le même langage.
W. DAVY.

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Quelles valeurs les Burkinabè donnent-ils au travail aujourd’hui?

A la veille du 1er mai, fête du travail, fête des travailleurs et dans un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *