Home / Politique / Candidatures des femmes à la présidentielle: les Ouagalais se prononcent

Candidatures des femmes à la présidentielle: les Ouagalais se prononcent

Depuis son indépendance jusqu’à nos jours, le Burkina Faso n’a jamais été dirigé par une femme. Avec l’insurrection populaire, les Burkinabè aspirent à un changement véritable. Deux candidates ont passé le 1er tour pour la conquête de la magistrature suprême qui aura lieu en octobre prochain. Il s’agit de Saran Séré/Sérémé du Parti pour le développement et le changement (PDC) et Françoise Toé, candidate indépendante. Ces deux femmes auront-elles leur chance dans ce scrutin? Les Burkinabè sont-ils prêts à être dirigés par une femme?

Mme Ramata Barry
Mme Ramata Barry

Mme Ramata Barry/Nikièma, anesthésiste à l’hôpital Yalgado: on va travailler pour que ces femmes passent
Les femmes candidates à l’élection présidentielle ont peu de chance de passer, surtout ici au Burkina. La femme est toujours mise au second plan, malgré l’évolution, malgré la volonté de changement qu’on on prône tout le temps. C’est dû surtout à nos mœurs. Moi, en tout cas, c’est mon souhait, mais avec la mentalité de la population burkinabè, ce n’est pas évident. Mais, on va travailler à changer ces mentalités, travailler à ce que ces femmes passent. On va les soutenir votant pour elles. L’exemple du Libéria m’inspire beaucoup. Depuis que la présidente, Ellen Johnson, a pris le pouvoir, il n’y a jamais eu de problème. Même s’il y a des problèmes, ce sont les mêmes que rencontrent tous les pays. Même si ce n’est pas la présidentielle, au moins qu’on ait une femme Premier ministre où présidente de l’Assemblée nationale.

Malick Zampaligré
Malick Zampaligré

Malick Zampaligré, commerçant: je ne suis pas prêt à être dirigé par une femme
Ça sera très difficile qu’une femme puisse passer. Il faut que la mentalité change pour que ces femmes aient grandement leur chance, sinon vu la mentalité des Burkinabè, ça va être difficile. De mon avis, les Burkinabè ne sont pas prêts à se laisser diriger par une femme actuellement. Les hommes qui nous dirigent ont des problèmes pour s’en sortir. Ce n’est pas évident que les femmes puissent relever ce défi. Pour ma part, je ne suis pas prêt à être dirigé par une femme.

Rasmata Belemviré
             Rasmata Belemviré

Rasmata Belemviré, secrétaire: si un homme peut être président, pourquoi pas une femme?
Ça va être difficile pour ces femmes de pouvoir passer, surtout qu’au Burkina la grande majorité de la population est analphabète. Aussi, on n’a pas l’esprit développé, on est très limité. On se dit qu’une femme n’a pas les compétences pour diriger un pays. Avec cet esprit, on ne laisse pas la chance aux femmes de démontrer leurs compétences, de prouver le contraire. C’est refuser de reconnaître les mérites d’une femme. Je ne suis pas contre, mais, ça va m’étonner qu’une femme puisse passer, parce qu’elle est toujours mise au second plan. Je suis prête à être dirigée par une femme. Sinon, si un homme peut être président, pourquoi pas une femme?

Kadi Kargougou
               Kadi Kargougou

Kadi Kargougou, opératrice économique: il faut que les hommes cessent d’être orgueilleux
Les chances qu’une femme soit présidente au Burkina Faso sont minimes. Aujourd’hui, les mentalités ne sont pas assez développées pour permettre à une femme de diriger le pays. L’ethnicisme est tellement développé que je ne vois pas les hommes, surtout le Mossi, accepter cela. Elles n’ont pas beaucoup de chance. Je suis prête à être dirigée par une femme parce qu’en tant que femme, il faut qu’on nous responsabilise, et que les hommes cessent d’être orgueilleux. En tout cas, ça sera vraiment bien d’avoir une femme présidente pour les femmes. On dit que plus rien ne sera comme avant, il faut commencer par là. C’est vraiment mon souhait.
Madina Belemviré

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

L’intégralité du discours de Zéphirin Diabré

Discours CFOP du 29 avril 2017 00

2 comments

  1. SOME N. Alexandre

    Je suis gêné qu’un tel débat se mène en termes d’homme et de femme, et non pas basé sur la compétence, les valeurs morales et intrinsèques.

    Je pense pour ma part que les femmes elles-mêmes ont à être sûres d’elles-mêmes en premier lieu, puis à le démontrer ensuite par le courage et la détermination. C’est cela qu’il faut en plus de la compétence livresque pour laquelle nul n’ose dire que la femme est moins que l’homme, si ce n’est pas le contraire. Autrement dit, il revient à la femme de se battre avec conviction et de se positionner. Nulle part, vous ne trouverez personne qui volontairement se batte contre lui-même. Je le dis car souvent, à écouter les femmes, on a l’impression que leur échec n’est dû qu’aux hommes, refusant ainsi de reconnaître leur responsabilité. Ce n’est pas possible de s’en sortir de cette manière. Du reste, les femmes sont bien les plus nombreuses et il s’agit ici de vote, pas de force musculaire pour que l’on dise qu’en règle générale et de façon naturelle, les hommes sont plus avantagés.

    Que les femmes prennent l’exemple sur l’Afrique du Sud où les noirs, bien que largement majoritaires, ont pendant longtemps été dirigés par une minorité blanches sur des bases d’orgueil blanc comme cela semble être le cas au Burkina aujourd’hui selon les femmes. Lorsque les noirs ont pris conscience de leur force, ils se sont assumés. Je dis donc aux femmes qu’il ne revient pas aux hommes de leur laisser le pouvoir mais bien à elles de le conquérir, pas en tant que femmes d’ailleurs, mais en tant que personnes capables de gérer le pouvoir, avec l’accompagnement d’hommes qui ont confiance en leur programme et à leur engagement. Cela ne se fera donc pas en un ou deux ans, ni par des jeux de cota auquel personnellement je ne crois pas trop. Pour moi, le cota est le meilleur moyen d’affirmer que la femme est inférieure à l’homme, alors que ce n’est pas du tout vrai. Du reste, celle que l’on met puisque c’est ce qui se passe, ne sont pas forcement les meilleures mais celles que veulent placer les hommes aux positions qu’ils décideront et cela est bien dommage. Battez-vous et vous trouverez des hommes prêts à vous accompagner pas parce que vous êtes des femmes mais parce que vous avez de la valeur.

    Je suis très gêné d’entendre aujourd’hui des gens dire qu’ils ne sont pas prêts à être dirigés par une femme alors que tous nous avons été dirigé par une femme qui nous a donné la vie. C’est bien dommage. Il faut qu’on évolue. Dans le même temps, je ne suis pas d’accord pour être dirigé par une femme parce qu’elle est juste une femme. Je suis prêt à être dirigé par une femme ou un homme parce qu’elle ou il en a les capacités à tout point de vue. Un point un trait.

    Bon courage à nos chères mamans, jolies femmes et braves sœurs et filles.

  2. SOME N. Alexandre

    Je suis gêné qu’un tel débat se mène en termes d’homme et de femme, et non pas basé sur la compétence, les valeurs morales et intrinsèques.

    Je pense pour ma part que les femmes elles-mêmes ont à être sûres d’elles-mêmes en premier lieu, puis à le démontrer ensuite par le courage et la détermination. C’est cela qu’il faut en plus de la compétence livresque pour laquelle nul n’ose dire que la femme est moins que l’homme, si ce n’est pas le contraire. Autrement dit, il revient à la femme de se battre avec conviction et de se positionner. Nulle part, vous ne trouverez personne qui volontairement se batte contre lui-même. Je le dis car souvent, à écouter les femmes, on a l’impression que leur échec n’est dû qu’aux hommes, refusant ainsi de reconnaître leur responsabilité. Ce n’est pas possible de s’en sortir de cette manière. Du reste, les femmes sont bien les plus nombreuses et il s’agit ici de vote, pas de force musculaire pour que l’on dise qu’en règle générale et de façon naturelle, les hommes sont plus avantagés.

    Que les femmes prennent l’exemple sur l’Afrique du Sud où les noirs, bien que largement majoritaires, ont pendant longtemps été dirigés par une minorité blanches sur des bases d’orgueil blanc comme cela semble être le cas au Burkina aujourd’hui selon les femmes. Lorsque les noirs ont pris conscience de leur force, ils se sont assumés. Je dis donc aux femmes qu’il ne revient pas aux hommes de leur laisser le pouvoir mais bien à elles de le conquérir, pas en tant que femmes d’ailleurs, mais en tant que personnes capables de gérer le pouvoir, avec l’accompagnement d’hommes qui ont confiance en leur programme et à leur engagement. Cela ne se fera donc pas en un ou deux ans, ni par des jeux de quota auquel personnellement je ne crois pas trop. Pour moi, le quota est le meilleur moyen d’affirmer que la femme est inférieure à l’homme, alors que ce n’est pas du tout vrai. Du reste, celles que l’on met puisque c’est ce qui se passe, ne sont pas forcement les meilleures mais celles que veulent placer les hommes aux positions qu’ils décideront et cela est bien dommage.

    Battez-vous donc femmes, et vous trouverez des hommes sérieux et non qui veulent juste vous utiliser, prêts à vous accompagner pas parce que vous êtes des femmes mais parce que vous avez de la valeur et que vous êtes capables de diriger ce pays. C’est d’ailleurs vrai pour les civils car depuis presque toujours, ce sont des militaires qui ont dirigé ce pays, etc.

    Je suis très gêné d’entendre aujourd’hui des gens dire qu’ils ne sont pas prêts à être dirigés par une femme alors que tous nous avons été dirigés d’une manière ou d’une autre par une femme qui nous a donnés la vie. C’est bien dommage. Il faut qu’on évolue. Dans le même temps, je ne suis pas d’accord pour être dirigé par une femme parce qu’elle est juste une femme par le biais du quota idiot qui consiste a juste se mettre en règle avec les impositions venant du dehors, qui ne correspond pas forcement à quelque chose chez nous. Je suis prêt à être dirigé par une femme ou un homme parce qu’elle ou il en a les capacités à tout point de vue. Un point un trait.

    Bon courage à nos chères mamans, jolies femmes, braves sœurs et filles, qui ont bien des valeurs qui mériteraient d’être reconnues, mais avec leur propre concours et la détermination. Bien entendu, il ne s’agira pas de s’opposer systématiquement à l’homme car cela ne servira à rien, mais bien de travailler avec lui en démontrant ce dont elles capables.

    (Toutes excuses car par une mauvaise manipulation mon premier draft a été envoyé sur la toile sans être totalement terminé).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *