Home / Politique / Bureau politique national du CDP: un conclave de critiques et de perspectives

Bureau politique national du CDP: un conclave de critiques et de perspectives

A la faveur de la 58e de ses sessions ordinaires, le Bureau politique national (BPN) du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) a dépeint– à sa façon –la situation nationale. L’occasion a également été celle pour l’ex-parti au pouvoir de réfléchir aux ingrédients de sa « re-vitalité » après de longs moments d’hibernation. C’était le samedi 27 août à Ouagadougou où le parti de Blaise Compaoré a annoncé la tenue en septembre prochain, d’un Congrès extraordinaire qui sera évidemment celui des grands chamboulements au sein de ses instances dirigeantes.

Achille Tapsoba, président par intérim du CDP a dépeint à sa façon la situation nationale
Achille Tapsoba, président par intérim du CDP a dépeint à sa façon la situation nationale

Pour Achille Tapsoba, président par intérim du CDP, cette session ordinaire se tient dans un contexte marqué par la «mauvaise gouvernance empreinte d’actes d’amateurisme de la part de certains dirigeants de l’Etat». Un amateurisme tenant, selon lui, non seulement aux velléités de négation– empreinte de louvoiement sur la question des koglweogo– de la séparation des pouvoirs entre l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire, mais aussi à l’effritement des acquis économiques sur fond de méconnaissance de l’importance du dialogue social et politique.

Au total, l’on trouve au sein du CDP que «La situation nationale se présente de manière préoccupante», étant donné que «le pouvoir actuel, malgré ses efforts, est caractérisé par des hésitations, des tâtonnements et autres». C’est du moins, ce qu’a laissé entendre Achille Tapsoba- au cours de la cérémonie d’ouverture de cette session du BPN– avec la précision qu’il «reste encore des attentes en matière de dialogue politique et une réconciliation nationale». Et selon lui, il convient– en termes de mesures palliatives- de «renforcer le tissu social qui est dangereusement mis à l’épreuve par certaines actions du parti au pouvoir».

Mélégue Traoré était de la rencontre
Mélégue Traoré était de la rencontre

 Le CDP «continuera de se battre»

Avec 2125 conseillers municipaux, 18 maires et un président de Conseil régional (celui du sahel), le CDP, selon son président par intérim, s’est solidement positionné en 3e force politique du pays, derrière le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et l’Union pour le progrès et le changement (UPC). L’ex-parti au pouvoir peut avoir mieux qu’une troisième place sur l’échiquier politique. Telle est la conviction d’Achille Tapsoba qui a saisi l’occasion du samedi 27 août pour inviter ses camarades à une «introspection sérieuse et profonde» sur la vie du parti. Ce qui, selon lui, permettra aux cadres de relever les erreurs et de permettre au parti d’affuter «ses armes» pour poursuivre la lutte avec plus de combativité.

Pour le moins, dira Achille Tapsoba, «Notre parti continuera de se battre pour que tous ceux qui sont victimes de la justice arbitraire puissent retrouver la liberté et la dignité et que tous ceux qui sont embastillés depuis puissent être remis en liberté, que ceux qui sont exilés pour des raisons politiques puissent retrouver le pays et du point de vue global, que la réconciliation des fils et filles de ce pays puisse être une effectivité».

De même que Léonce Koné en liberté provisoire
De même que Léonce Koné en liberté provisoire

Comme il fallait s’y attendre, Achille Tapsoba a réaffirmé la solidité du «lien ombilical» qui lie le CDP à son fondateur qu’est Blaise Compaoré accueilli à Abidjan depuis sa chute. Mais assure-t-il, «Notre parti n’est pas dirigé à partir d’Abidjan comme certains tentent de le faire croire».

Signalons que cette 58è session ordinaire du BPN du CDP a enregistré la présence d’anciens ténors du régime Compaoré, dont Mélégué Traoré.

Léonce Koné (pensionnaire de la MACA, mais bénéficiaire d’une liberté provisoire), vice-président du CDP au sein de l’instance dirigeante mise entre parenthèses, lui, est venu faire acte de presence. Accueilli sous acclamations peu avant 12h, il se retirera après seulement quelques minutes.

Paangui Parè

 

 

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

L’intégralité du discours de Zéphirin Diabré

Discours CFOP du 29 avril 2017 00

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *