Home / Sports-Loisirs / 7è édition de «Altitude Nahouri»: le Marocain Lablack succède à Kiptoo du Kenya

7è édition de «Altitude Nahouri»: le Marocain Lablack succède à Kiptoo du Kenya

La 7e édition de Altitude Nahouri a eu lieu le samedi 4 juillet 2015 à Pô dans le Nahouri. Avec au total 428 athlètes en compétition sur 500 inscrits, le Marocain Khalid Lablack a obtenu la première place en gravissant le sommet du pic en 1h17 minutes. Il bat du coup le record du Kenyan, Robert Kiptoo, qui avait fait 1h19 l’année dernière.

Lablack arrive en solo sur le pic du Nahouri
Lablack arrive en solo sur le pic du Nahouri

Altitude Nahouri est un semi-marathon de 21 kilomètres qui va de la ville de Pô au sommet du Pic du Nahouri. Elle est le seul marathon au monde suivi d’une montée de pic, et se situe à 18 kilomètres de Pô. Les athlètes font un tour de 3 kilomètres dans la ville pour ensuite parcourir 18 kilomètres qui se terminent par une montée du Pic de 447 mètres.
Il était 8h30 quand les 428 athlètes en compétition groupés ont démarré pour la conquête du drapeau situé au sommet du Pic du Nahouri sous un soleil de plomb. Quelques minutes plus tard, une file indienne se forme car les uns commencèrent à se détacher des autres. On pouvait lire la fatigue et l’essoufflement sur leur visage. Mais, armés de courage, maillots mouillés, ils ne désespérèrent pas. Un peu plus loin, depuis les fenêtres du véhicule de presse, nous apercevons des athlètes se désaltérant, sans toutefois s’arrêter. Certains tenaient deux à quatre bananes dans les mains, question de compenser en même temps le taux de glucose perdu. Si la plupart des athlètes traînaient toujours les pieds, d’autres par contre s’étaient complètement détachés du lot. Le Marocain Khalid Lablak en tête était à l’aise dans la course et avait abandonné les autres compétiteurs à quelques mètres.
A 10 kilomètres du pied du Pic, Lablack était toujours en tête de file et maintenait le même rythme. Au fur et à mesure qu’il avançait, il vérifiait sa montre. La population de Pô sortie nombreuse pour suivre la course acclamait et encourageait chaque athlète qui passait. Certains curieux qui ne voulaient pas se faire compter l’évènement suivaient la course sur leurs motos, et tentaient de filmer la scène. Les éléments de la sécurité étaient aussi aux aguets pour empêcher toute tentative de fraude. A 9h35, Lablack était déjà au pied du pic.

Les athlètes arrivent successivement sur le pic
Les athlètes arrivent successivement sur le pic

En 12 minutes, soit à 9h47, il était au sommet du pic. Cinq minutes plus tard, le Togolais Kakomisa Midouana le rejoignait. Ce dernier est suivi une minute plus tard par un autre Togolais, Alassane Abdoulaye qui est suivi à son tour par le Ngérien Mahaman Tassiou de 18 secondes. Le Togolais Kombate Moïpah et le Burkinabè Dabiré Jean François arriveront successivement avec un écart de 22 secondes. La première des filles, Mariam Ouédraogo, fera son apparition plus tard sous les acclamations de la population de Pô, difficile à maîtriser. «Je suis commerçante et je suis fière d’être la première des filles burkinabè à arriver car, l’année passée j’étais deuxième. C’est la course qui m’a surtout gênée car, c’était difficile par rapport à la montée».

Le vainqueur de cette 7e édition ne dira pas le contraire. «La seule difficulté qui m’a dérangé dans la course, c’est surtout la chaleur. La montée du pic était aussi difficile, mais je suis fier de l’avoir réussie», s’est réjoui Lablack.

Le premier des Burkinabè, Dabire Jean François s’est également réjoui car selon lui, il a atteint son objectif malgré la difficulté de la compétition. «Je suis un ex-militaire, car j’ai été radié en 2011. La compétition était difficile, mais j’ai atteint les objectifs que je m’étais fixé d’être le premier burkinabè à arriver. Il faut travailler dur pour arriver à un tel record», a-t-il remarqué avant d’admettre que face aux étrangers, la course était dure.
Pour le promoteur Ouézin Louis Oulon, qui reconnait que c’est une épreuve assez difficile, en recherchant les meilleurs, l’objectif est de permettre aux athlètes burkinabè de se réveiller parce que, de son avis, on ne peut se mesurer qu’avec plus fort que soi. «Si on se compare aux plus faibles, on pense qu’on est imbattable alors que ce n’est pas le cas», a-t-il souligné.
La présence de Lablack, explique M. Oulon, répond à l’esprit des promoteurs qui veulent chercher les meilleurs où qu’ils se trouvent. «Ce n’est pas une compétition d’amateurs et nous voulons la rendre internationale et améliorer les records», a confié le promoteur qui poursuit: «Le Kenyan l’a fait en 1h 19, Lablack l’a fait en 1h17, et nous nous réjouissons de l’avoir fait venir».

Le palmarès de la 7è édition de «Altitude Nahouri»
1-Maroc: Lablak Khalid: 1h17mn
2-Togo: Kakomisa Midouana: 1h22
3-Togo: Alassane Abdoulaye: 1h23 minutes 32 seconds
4-Niger: Mahaman Tassiou, 1h23mn 49 seconds
5-Togo: Kombate Moïpah: 1h26 minutes, 22 seconds
6-Premier des burkinabè: 1h26 minutes, 49 seconds
-28e et 1er du Nahouri: Adouabou Philippe
Madina Belemviré

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Circulaire 025 de reprogrammation du match USFA Vs RCK

LETTRE CIRCULAIRE LFP 025 00

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *