Home / Main courante / Interpellation mortelle vers le Nazinon: bravo, valeureux pandores!

Interpellation mortelle vers le Nazinon: bravo, valeureux pandores!

Ceci est une version de ce qui se serait passé le 8 octobre dernier sur la Route nationale N°5.

Le 8 octobre dernier, dans la matinée, un contrôle d’identité effectué par les éléments de la Gendarmerie nationale positionnés au niveau du fleuve Nazinon a permis d’interpeller quatre individus roulant sur deux motos communément appelées 135.

Le fugitif (look yoyo) rattrappé par les Koglweogo
Saidou Soulama (look yoyo) rattrapé par les Koglweogo

En fait, c’est une patrouille qui les aurait croisés et aurait trouvé qu’ils étaient suspects, vu les amulettes qu’ils portaient. Elle aurait alerté le poste pour que les éléments stationnés sur le Nazinon les fouillent.

Arrivés donc, les ‘’voyageurs’’ ont été interceptés pour procéder à un contrôle d’identité. Ils auraient répondu qu’ils n’ont pas de documents d’identité ni ceux afférents aux deux motos.

C’est alors qu’ils ont été embarqués pour une vérification plus poussée à Pô. Au niveau du Nazinon, les éléments ne disposeraient pas de menottes. Donc, c’était ‘’la patrie ou la mort’’ au cas où! Et c’est ce qui serait arrivé!

Chemin faisant et en plein parc Tambi Kaboré, les ‘’sans-papiers’’ se seraient jetés sur leurs gardes pour tenter de leur arracher les armes. Une lutte âpre se serait alors engagée.

Le corps-à-corps qu’ils ont engagé leur a été fatal: deux macchabées laissés sur le bitume de la RN5 (sergent Ousmane Djerma et Joseph Foro). La gueule de l’un a été pétée avec le P.A que le gendarme a retiré de sa ceinture. Le deuxième, dans sa tentative de fuite, a été mitraillé. Il n’a pas eu la chance d’aller plus loin que le troisième qui aurait été  »arrosé » mais qui a pu quand même disparaître dans la haute broussaille. On saura plus tard que c’était à cause de ses fétiches. Le quatrième larron, quant à lui, n’aurait pas participé à la lutte. La large battue conduite par les Koglweogo n’a pas permis de mettre le grappin sur le fugitif. Mais dans la soirée, et parce que les Koglweogo avaient alerté leurs antennes dans les villages environnants, il a été appréhendé dans le village de Bourou situé dans la zone. Un certain Saidou Soulama qu’il dit s’appeler.

Ils avaient sur eux ces fétiches. Ils les rendraient invulnérables
Ils avaient sur eux ces fétiches. Ils les rendraient invulnérables

Il se serait présenté à des jeunes, aurait expliqué (menti) que lui et ses camarades sont des fraudeurs et qu’ils ont été pris en chasse par des douaniers. C’est ainsi qu’ils ont abandonné leurs marchandises et les montures pour se sauver. Il aurait demandé alors de le convoyer à Léo (ou à la frontière du Ghana). Après le marchandage, ils sont tombés sur la somme de 50 000 F. Mais un ‘’arrivé-payé’’, c’est-à-dire qu’il allait payer une fois à destination. Comme certains élèves le faisaient jadis en partance pour les vacances… Bref.

Les jeunes ont joué d’intelligence pour le cerner et le maîtriser. ‘’Soulama’’ venait ainsi de tomber dans la nasse des Koglweogo et a été remis à la Brigade territoriale de gendarmerie de Pô.

Comme les forces de défense et de sécurité le serinent, il faut une franche collaboration des populations pour endiguer le grand banditisme et l’insécurité. Bravos aux gendarmes qui ont opposé une riposte victorieuse; bravo aux Koglweogo et aux populations; prompt rétablissement au gendarme qui a reçu des balles dans l’abdomen lors de la lutte.

Un jour, l’on saura le mobile du retour des ex-RSP Djerma et Foro qui avaient retrouvé refuge en Côte d’Ivoire. Djerma avait même participé à l’attaque du dépôt d’armes et de munitions de Yimdi. Etaient-ils là pour des actes de déstabilisation? Espérons que cette enquête-là sera bouclée plus rapidement que les autres.

Hidogo

 

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Santé: des boîtes de sardines avariées vendues à 150 F CFA l’unité saisies par les éléments de la Police municipale

Le directeur général de la Police municipale a présenté à la presse le vendredi 28 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *