Home / Nè Wendé / Ce que je ferais pour les victimes du putsch, si j’étais le Rocco

Ce que je ferais pour les victimes du putsch, si j’étais le Rocco

Nè-WendéNè Wend quoi, je sais qu’en temps opportun, les autorités me diront merci pour les nombreux conseils que je leur donne gratuitement. Ce sont des consultations familiales gratos car nous avons tous besoin de la paix dans ce pays. Nè Wendé!

Comme de nombreux Burkinabè, j’ai suivi la commémoration du putsch déjoué et je suis sensible à la réaction des parents des victimes et de certaines victimes elles-mêmes. Mais je vais d’abord ouvrir la parenthèse pour dire que moi je parle de putsch déjoué et non de putsch manqué car Diendéré avait réussi sa chose. C’est par la force de la résistance populaire que le coup a été déjoué car Diendéré n’a pas pu se maintenir au pouvoir. Nè Wendé!

Ceci étant dit, je reviens à mon sujet. Au cimetière de Gounghin, Paul Kaba Thiéba et Salif Diallo (je ne sais même pas pourquoi subitement il se fait appeler Salifou alors qu’on l’a connu ici comme Salif ou Gorba) ont été hués. Comme des Etalons qui venaient de perdre un match décisif. Les victimes n’ont pas eu leur langue dans la poche. Les ayants-droits ont dit tout haut que leurs proches sont morts pour qu’il y ait un changement mais que ce changement tarde à venir. Nè Wendé!

Sur ce point, je ne pourrai pas vraiment m’aventurer car il est très glissant vers la politique. Là où je peux les suivre jusqu’à tomber dans un trou s’il le faut, c’est la lenteur des dédommagements, des prises en charge et autres procès. Nè Wendé!

Le gouvernement dispose d’un instrument juridique pour les dédommager à travers la loi n° 062-2015/CNT portant statut de pupille de la nation adopté le 06 septembre 2015 (juste avant le coup de force) par le Conseil national de la Transition. L’article 6 de cette loi stipule que «Sont reconnus de plein droit pupilles de la nation, les enfants mineurs des martyrs de la nation. Peuvent également prétendre à la qualité de pupille de la nation, les enfants nés dans les trois cents jours qui ont suivi le décès de leur père martyr». Nè Wendé!

La qualité de martyr de la nation est précisée par décret pris en Conseil des ministres, énonce la loi. Aussi, elle informe que la requête aux fins d’adoption par la nation est introduite auprès du Tribunal de grande instance du domicile du requérant, par le père ou la mère du mineur prétendant à la qualité de pupille, le tuteur ou la tutrice légal (e), le ministère public le cas échéant». Nè Wendé!

C’est dire qu’ici, il appartient au Conseil des ministres de prendre le fameux décret pour que les enfants qui répondent aux critères aient une prise en charge. La rentrée colère est là et je ne sais pas à quel pas les enfants concernés marchent. Nè Wendé.

Leurs parents sont morts pour une cause. Ils sont morts pour sauver la République. Ils ne doivent pas avoir l’impression que cette même république les a oubliés. Ils sont morts pour que le coup d’arrêt perpétré contre la démocratie soit levé. Des élections ont eu lieu et les nouvelles autorités ne doivent pas donner l’impression de les oublier. Nè Wendé!

Il y a séparation des pouvoirs et chacun a son rôle imparti à jouer pour que les choses changent. Mais si ce n’est pas le cas, si certains ne jouent pas assez leur rôle, le président Roch a intérêt à ouvrir l’œil et le bon! C’est lui qui a été élu et c’est lui qui est attendu au bilan! Il a intérêt à activer le processus de mise en œuvre de cette fameuse loi parce qu’avec la pléthore de conseillers des ministres, ils semblent ignorer cette loi alors que sa mise en application peut contribuer à apaiser des cœurs. Nè Wendé!

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

A quand les tralalas de l’homme?

La femme d’hier allait au salon. Pour se faire une belle coiffure. De nos jours, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *