Home / L’impertinent / Surcharges: la solution enfin trouvée?

Surcharges: la solution enfin trouvée?

En début de semaine dernière, de longues files de camions étaient constatées au niveau du poste de douane frontalier de Dakola, la frontière entre le Burkina et le Ghana. La cause? La surcharge.

Une longue file de camions chargés (ph d'illustration)
Une longue file de camions chargés (ph d’illustration)

Des chauffeurs-routiers, se sachant en surcharge et après avoir dépassé le poste de douane, hésitaient à s’aventurer vers celui de l’Onaser, l’Office national de sécurité routière. L’Onaser est l’organisme chargé de faire respecter les normes en matière de charge à l’essieu. Par le passé, ces camionneurs faisaient la surcharge en territoire ghanéen et venaient s’arranger avec les agents. Un deal juteux gagnant-gagnant s’il en est, qui a permis à certains de s’en mettre plein les poches. Si les agents ont décidé de ne plus être vigilants comme des douaniers russes, c’est à leur honneur et il convient de les féliciter. Mais pas si vite car, aujourd’hui, nous pouvons dire qu’ils ne l’ont pas fait de gaité de cœur.

En effet, depuis le 9 septembre, le ministère en charge de la Sécurité intérieure a mis sur pied le Service de Contrôle des Services de Sécurité (SCSS). Le SCSS, appelé trivialement Police des polices, a été institué pour contrôler l’action des service de sécurité sur le terrain, donc sur les axes routiers, pour améliorer l’image que les usagers ont d’eux. Du coup, tous les services chargés d’une mission de contrôle sont devenus intègres. On ne badine plus avec l’application de la loi. D’où cette rigueur des agents de l’Onaser de ne pas transiger sur la règle.

Mais le problème est que l’Onaser ne dispose pas de dépôt dans lequel les surpoids pourraient être stockés. Sinon, payer le surplus et laisser le camion passer revient à ce que la règlementation voulait éviter, c’est-à-dire la dégradation des infrastructures routières par la surcharge. Il faut impérativement donc des mesures d’accompagnement afin que la règlementation soit respectée dans toute sa rigueur.

Peut-être qu’au moment où vous lisez cet écrit, la situation a évolué. Mais il convient de prendre les dispositions pour éviter ce genre de désagréments qui nuisent à la fluidité du trafic.

Dans tous les cas, avec le SCSS, les choses vont s’améliorer. Pourvu que cette unité aussi ne soit pas un créneau déguisé pour mieux dealer.

Lougouvinzourim

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Mon capitaine, vous ne pouviez pas être multimilliardaire dans cette affaire!

Si nous avions cédé aux tentatives de corruption, je serais multimilliardaire, aurait dit le directeur de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *