Home / Lu, vu, entendu / «L’Afrique étranglée» de René Dumont

«L’Afrique étranglée» de René Dumont

Le fait pour l’Afrique d’être étranglée ne lui interdit pas d’avoir raison un jour de tous les facteurs de son étranglement.

L'oeuvre
L’œuvre

«L’Afrique étranglée»…encore. Un jugement implacable rendu sur les expériences de développement en cours dans certains pays de notre continent. Auteur de «L’Afrique noire est mal partie», véritable réquisitoire contre certaines voies africaines de développement choisies par nos responsables au début des indépendances, voies dont il prédisait fort justement l’échec, ce Français intellectuel et rigoureux, agronome de son état, René Dumont ne manque pas de courage: il s’attaque à des conceptions de développement, qui sont d’autant plus difficiles à déraciner qu’elles constituent le credo de certains dirigeants historiques, de certaines têtes bien pensantes des populations des pays dits développés, qui, intoxiquées par leurs médias, croient sincèrement à la supériorité de leur modèle et aux possibilités de généralisation de celui-ci au monde entier. Mais ce phénomène n’aurait d’importance s’il ne prenait pas l’allure d’une véritable croisade menée à partir des métropoles européennes ou outre Atlantiques par toute une kyrielle de nouveaux conquérants que sont: les intellectuels qui rêvent d’injecter leurs théories à une Afrique encore vierge; des agents de presse qui ne parlent de l’Afrique qu’en terme d’accidents, les ethnologues encore attachés aux vieux clichés d’une Afrique primitive, qu’il faut civiliser à tout prix en niant ses propres valeurs, enfin les experts, ces nouveaux venus après les indépendances qui, bien qu’étant de bonne foi ne voient les réalités africaines qu’à travers les schémas étrangers à l’Afrique.

René Dumont est aussi l'auteur de "L'Afrique Noire est mal partie"
René Dumont est aussi l’auteur de « L’Afrique noire est mal partie »

En bref, René Dumont se fait une fois encore le chantre du développement endogène autocentré des populations africaines et plus particulièrement des paysans.

Si la responsabilité des Européens a été suffisamment mise en exergue pour avoir transformé l’Afrique en un véritable réservoir de matières premières, et partant, en appendice économique de l’Occident, René Dumont n’a d’ailleurs pas ménagé les critiques à l’égard de certains responsables africains qu’il accuse d’avoir exposé leur pays au péril de la néo colonisation, de la faim et finalement de «l’étranglement» d’où le titre «l’Afrique étranglée».

Afrique mal partieCe livre vient éclairer d’un jour nouveau, et combien salutaire, les différentes étapes à franchir pour que l’Afrique soit le véritable maître de son propre mode de développement qui bannirait les inégalités sociales, les formules démagogiques de développement, les déséquilibres socioéconomiques, écologiques et le mimétisme systématique.

Le fait pour l’Afrique d’être étranglée ne lui interdit pas d’avoir raison un jour de tous les facteurs d’étranglement. René Dumont le laisse entrevoir, mais il nous appartient à nous Africains, et, à nous seuls, de relever le défi.

                                                                                          Théophile MONE

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

La Françafrique: ce cordon ombilical qu’aucun président français n’a intérêt à rompre

Le terme Françafrique est utilisé pour désigner les mécanismes par lesquels l’État français maintient sa …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *