Home / Mounafica / Il se dit sur Djibrill Bassolé que…

Il se dit sur Djibrill Bassolé que…

«Imminent.» «Dans pas longtemps.» «Ce n’est plus qu’une question de temps». Voilà les mots que les antennes de Mounafica ont captés ici à Ouaga, puis à Bamako et enfin à Abidjan, concernant la possible mise en liberté provisoire de Djibrill Bassolé.

Le général Djibrill Bassolé
Le général Djibrill Bassolé

Cela va étonner et même détonner, si le fait est accompli. Des politiques sont en train de cogiter pour voir comment faire passer la pilule sans laisser un gros goût d’amertume. Plusieurs scénarii juridico-politiques sont mis sur la table et on semble retenir celui qui pourrait passer sans trop grands dommages: la liberté provisoire pour évacuation sanitaire.

Avec la levée du mandat d’arrêt contre Guillaume Soro, la justice semble avoir quelques difficultés à toujours garder dans les geôles son co-accusé, le général Djibrill Bassolé. La chose politique ayant pris le pas sur la chose juridique, grâce à Soro, Bassolé va se sortir de la trappe puisque le chef d’accusation principal basé sur les écoutes téléphoniques n’est plus de mode.

En plus, les mouches ont changé de coche et, dans l’affaire du putsch manqué et dans les tueries sans pitié lors de l’insurrection, le doigt accusateur est de plus en plus pointé vers l’ex-Premier ministre, Yacouba Zida. Un de nos tuyaux nous a dit que les ex-RSP qui sont emprisonnés font une défense en ligne pour le plonger lors des auditions. Tout cela avantage Djibrill Bassolé qui, depuis sa prison, a pu constituer un lobby qui est en train de tordre le bras au pouvoir. Et comment?

Le pouvoir du président Roch est dans une situation financière très très difficile et des bailleurs auraient sur la table la libération de Djibrill Bassolé comme condition sine qua non pour délier la bourse. Or en politique l’argent est le nerf des actions. Les grandes promesses de la campagne présidentielle tardent à voir le jour parce que les caisses de l’Etat sont désespérément vides. C’est là un tableau idéal pour les amis de Bassolé.

Une évacuation à l’étranger pour des soins et le tour est joué. De la sorte, les OSC ne pourront rien dire. Cette option plus politique que juridique est en pole position, car à la différence d’Eddie Komboïgo et de Léonce Koné, il est risqué d’annoncer que Djibrill Bassolé est en liberté provisoire et qu’il est chez lui tranquillement à la maison.

Mounafica, tout œil tout ouïe!

A propos Fréderic Tieo

Voir aussi

Jean-Bosco Kienou, le tombeur du DG de la Police

Le nouveau directeur général de la Police nationale est le tombeur de l’ancien, le très …

Un commentaire

  1. Veratablementvrai

    Ce sea la plus grosse betise de l´histoire du Burkina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *